Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2022

Le 9 Mai, journée de "l'Europe", ou de sa caricature ?

 

Je me permets de republier (encore…) cette note rédigée il y a plus de quinze ans car elle me semble garder un certain intérêt, même si cette année, la commémoration du 9 mai est passée totalement inaperçue, si ce n’est le drapeau de l’Union européenne à nouveau déployé sous l’Arc de Triomphe et le discours de M. Macron devant les parlementaires de l’Union... J’en ai effacé quelques lignes, dans un souci de clarté et rajouté quelques autres pour réactualiser le propos.

 

 

 

Le 9 mai est, depuis quelques décennies, institué « journée de l’Europe » et c’est l’occasion d’une vaste promotion (certains diraient propagande…) pour les bienfaits de l’Union européenne, présentée comme seul et unique horizon glorieux des habitants du continent européen et parfois au-delà, puisque l’Union n’est pas, et ne se veut pas, une entité purement géographique ni même seulement « européenne » … Bien sûr, la guerre en Ukraine semble avoir redonné quelque écho à cette journée, mais cela semble, en fait, bien artificiel… et le départ en fanfare du Royaume-Uni, il y a quelques temps, n’a pas arrangé les choses.

 

 

Dix-sept ans après le rejet par les électeurs français et néerlandais de la Constitution européenne, pour des raisons d’ailleurs fort diverses et parfois contradictoires, les partisans de l’U.E. reprennent l’offensive (l’ont-ils jamais suspendue ?) et indiquent vouloir intégrer au plus vite les pays voisins de la Russie et, évidemment, l’Ukraine aujourd’hui en guerre, au risque de « gâcher le travail » et de préparer les désillusions et les aigreurs de demain.

 

 

Pour autant, que ce 9 mai soit l’occasion, dans les médias et au sein d’une Education nationale toute acquise à la cause « européenne » (européiste serait le terme le plus exact, en fait), de présenter l’Union européenne, son histoire et ses institutions, ses projets et ses perspectives, cela n’a rien en soi pour me choquer, bien au contraire : le savoir vaudra toujours mieux que l’ignorance ou le non-dit ! Mais, que cela soit juste une « opération séduction » sans véritable discussion, sans évocation des débats importants qui se posent en U.E. au-delà de la position à l’égard de la guerre en Ukraine (sujet qui n’est pas mineur, tout de même), sans esprit critique ni recul même par rapport à certains problèmes actuels (particulièrement sur les questions sociales), cela me semble fort malsain et s’apparente à la politique de la « République obligatoire » qu’a pratiquée la IIIe République à travers sa stratégie scolaire, si peu respectueuse des traditions et des libertés provinciales mais aussi de l’histoire française au point, parfois, de la travestir de façon ridicule.

 

 

En veut-on un exemple, pour ce qui est de l’histoire de la Construction européenne elle-même ? alors, prenons l’événement que, justement, l’on commémore ce 9 mai, la fameuse déclaration de Robert Schuman, alors ministre français des Affaires étrangères, le 9 mai 1950 et annonçant la CECA  : elle fut préparée dans le plus grand secret, rédigée en fait dans ses grandes lignes par Jean Monnet ; les ministres français, pourtant collègues de Schuman, tout comme les diplomates du Quai d’Orsay, ne furent même pas prévenus de ce qu’elle contenait, mais, par contre, Schuman en informa … le chancelier fédéral d’Allemagne de l’Ouest (Konrad Adenauer) et les dirigeants états-uniens… Comme le signale Michel Clapié, auteur du manuel « Institutions européennes » (Champs Université ; Flammarion ; 2003), et à qui je dois d’avoir beaucoup appris sur la manière dont s’est construite et se construit toujours l’U.E. : « La gestation de cette Déclaration ne fut donc pas un « modèle de transparence démocratique » » …

 

 

D’autre part, il serait intéressant de relire cette fameuse déclaration qui annonce aussi la stratégie européiste vers ce que Schuman appelle la « Fédération européenne » : on comprend mieux alors pourquoi De Gaulle n’y est guère favorable et pourquoi Schuman, dès le retour du Général à la tête de l’Etat, rentre dans une opposition acharnée à l’homme du 18 juin 40, alors que ce dernier lui avait évité, à la Libération, « un procès que son attitude pendant le conflit [la seconde guerre mondiale] incitait certains à lui faire » (Michel Clapié, dans le livre cité plus haut, page 373). Effectivement, petit détail « amusant », Schuman fut membre du Gouvernement Pétain du 16 mai au 17 juillet 1940, et il a voté les « pleins pouvoirs » au Maréchal Pétain le 10 juillet… De plus, malgré sa foi chrétienne et son anti-nazisme avéré, il se refusera à rentrer dans la Résistance, préférant (mais après tout, pourquoi pas ?) une vie monastique pendant laquelle il prie pour la paix, en attendant des jours meilleurs… On peut néanmoins préférer la foi combattante d’un Honoré d’Estienne d’Orves, d’un Colonel Rémy ou d’un De Gaulle… En tout cas, que MM. Schuman et Monnet soient considérés comme les « pères de l’Europe » (sic), en dit long sur la conception de celle-ci, si peu indépendante des Etats-Unis et encore moins respectueuse des peuples ou des opinions publiques qui, pourtant, sont présentées d'ordinaire comme les bases de la démocratie électorale : le mépris des dirigeants européens (et de M. Sarkozy en particulier, en 2008) à l’égard de ce que leur avaient signifié les électeurs français et néerlandais au printemps 2005, en est l’éclatante et dévastatrice illustration et confirmation. Ce qui ne signifie pas, pour autant, que je sois un adorateur de la « volonté populaire » appliquée à tout, mais il faut tout de même reconnaître la force du sentiment démocratique dans le « pays réel », en particulier quand il s’agit de questions touchant directement à son « être » historique et civique…

 

 

Alors, je veux bien que l’on fête l’Union européenne le 9 mai ou un autre jour, mais cela ne doit pas empêcher de penser librement à l’Europe sans céder à la tentation de la propagande ou de la sacralisation… Et j’avoue que les déclarations de M. Macron de ce 9 mai 2022, quoi que l’on puisse penser du président réélu et de son idéologie, ont le mérite de poser quelques jalons pour la réflexion sur l’avenir de la Construction européenne et d’ouvrir quelques débats que le vieux royaliste que je suis aurait mauvaise grâce de refuser… Encore faudrait-il que, à Bruxelles comme à Berlin ou à Paris, la discussion ne soit pas un simulacre et qu’elle n’autorise pas l’Union à se croire tout permis, y compris contre l’avis des peuples eux-mêmes qui seraient alors les dindons d’une mauvaise farce à bannière étoilée…

 

 

 

 

 

Écrire un commentaire