Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2022

Le 9 Mai, journée de "l'Europe", ou de sa caricature ?

 

Je me permets de republier (encore…) cette note rédigée il y a plus de quinze ans car elle me semble garder un certain intérêt, même si cette année, la commémoration du 9 mai est passée totalement inaperçue, si ce n’est le drapeau de l’Union européenne à nouveau déployé sous l’Arc de Triomphe et le discours de M. Macron devant les parlementaires de l’Union... J’en ai effacé quelques lignes, dans un souci de clarté et rajouté quelques autres pour réactualiser le propos.

 

 

 

Le 9 mai est, depuis quelques décennies, institué « journée de l’Europe » et c’est l’occasion d’une vaste promotion (certains diraient propagande…) pour les bienfaits de l’Union européenne, présentée comme seul et unique horizon glorieux des habitants du continent européen et parfois au-delà, puisque l’Union n’est pas, et ne se veut pas, une entité purement géographique ni même seulement « européenne » … Bien sûr, la guerre en Ukraine semble avoir redonné quelque écho à cette journée, mais cela semble, en fait, bien artificiel… et le départ en fanfare du Royaume-Uni, il y a quelques temps, n’a pas arrangé les choses.

 

 

Dix-sept ans après le rejet par les électeurs français et néerlandais de la Constitution européenne, pour des raisons d’ailleurs fort diverses et parfois contradictoires, les partisans de l’U.E. reprennent l’offensive (l’ont-ils jamais suspendue ?) et indiquent vouloir intégrer au plus vite les pays voisins de la Russie et, évidemment, l’Ukraine aujourd’hui en guerre, au risque de « gâcher le travail » et de préparer les désillusions et les aigreurs de demain.

 

 

Pour autant, que ce 9 mai soit l’occasion, dans les médias et au sein d’une Education nationale toute acquise à la cause « européenne » (européiste serait le terme le plus exact, en fait), de présenter l’Union européenne, son histoire et ses institutions, ses projets et ses perspectives, cela n’a rien en soi pour me choquer, bien au contraire : le savoir vaudra toujours mieux que l’ignorance ou le non-dit ! Mais, que cela soit juste une « opération séduction » sans véritable discussion, sans évocation des débats importants qui se posent en U.E. au-delà de la position à l’égard de la guerre en Ukraine (sujet qui n’est pas mineur, tout de même), sans esprit critique ni recul même par rapport à certains problèmes actuels (particulièrement sur les questions sociales), cela me semble fort malsain et s’apparente à la politique de la « République obligatoire » qu’a pratiquée la IIIe République à travers sa stratégie scolaire, si peu respectueuse des traditions et des libertés provinciales mais aussi de l’histoire française au point, parfois, de la travestir de façon ridicule.

 

 

En veut-on un exemple, pour ce qui est de l’histoire de la Construction européenne elle-même ? alors, prenons l’événement que, justement, l’on commémore ce 9 mai, la fameuse déclaration de Robert Schuman, alors ministre français des Affaires étrangères, le 9 mai 1950 et annonçant la CECA  : elle fut préparée dans le plus grand secret, rédigée en fait dans ses grandes lignes par Jean Monnet ; les ministres français, pourtant collègues de Schuman, tout comme les diplomates du Quai d’Orsay, ne furent même pas prévenus de ce qu’elle contenait, mais, par contre, Schuman en informa … le chancelier fédéral d’Allemagne de l’Ouest (Konrad Adenauer) et les dirigeants états-uniens… Comme le signale Michel Clapié, auteur du manuel « Institutions européennes » (Champs Université ; Flammarion ; 2003), et à qui je dois d’avoir beaucoup appris sur la manière dont s’est construite et se construit toujours l’U.E. : « La gestation de cette Déclaration ne fut donc pas un « modèle de transparence démocratique » » …

 

 

D’autre part, il serait intéressant de relire cette fameuse déclaration qui annonce aussi la stratégie européiste vers ce que Schuman appelle la « Fédération européenne » : on comprend mieux alors pourquoi De Gaulle n’y est guère favorable et pourquoi Schuman, dès le retour du Général à la tête de l’Etat, rentre dans une opposition acharnée à l’homme du 18 juin 40, alors que ce dernier lui avait évité, à la Libération, « un procès que son attitude pendant le conflit [la seconde guerre mondiale] incitait certains à lui faire » (Michel Clapié, dans le livre cité plus haut, page 373). Effectivement, petit détail « amusant », Schuman fut membre du Gouvernement Pétain du 16 mai au 17 juillet 1940, et il a voté les « pleins pouvoirs » au Maréchal Pétain le 10 juillet… De plus, malgré sa foi chrétienne et son anti-nazisme avéré, il se refusera à rentrer dans la Résistance, préférant (mais après tout, pourquoi pas ?) une vie monastique pendant laquelle il prie pour la paix, en attendant des jours meilleurs… On peut néanmoins préférer la foi combattante d’un Honoré d’Estienne d’Orves, d’un Colonel Rémy ou d’un De Gaulle… En tout cas, que MM. Schuman et Monnet soient considérés comme les « pères de l’Europe » (sic), en dit long sur la conception de celle-ci, si peu indépendante des Etats-Unis et encore moins respectueuse des peuples ou des opinions publiques qui, pourtant, sont présentées d'ordinaire comme les bases de la démocratie électorale : le mépris des dirigeants européens (et de M. Sarkozy en particulier, en 2008) à l’égard de ce que leur avaient signifié les électeurs français et néerlandais au printemps 2005, en est l’éclatante et dévastatrice illustration et confirmation. Ce qui ne signifie pas, pour autant, que je sois un adorateur de la « volonté populaire » appliquée à tout, mais il faut tout de même reconnaître la force du sentiment démocratique dans le « pays réel », en particulier quand il s’agit de questions touchant directement à son « être » historique et civique…

 

 

Alors, je veux bien que l’on fête l’Union européenne le 9 mai ou un autre jour, mais cela ne doit pas empêcher de penser librement à l’Europe sans céder à la tentation de la propagande ou de la sacralisation… Et j’avoue que les déclarations de M. Macron de ce 9 mai 2022, quoi que l’on puisse penser du président réélu et de son idéologie, ont le mérite de poser quelques jalons pour la réflexion sur l’avenir de la Construction européenne et d’ouvrir quelques débats que le vieux royaliste que je suis aurait mauvaise grâce de refuser… Encore faudrait-il que, à Bruxelles comme à Berlin ou à Paris, la discussion ne soit pas un simulacre et qu’elle n’autorise pas l’Union à se croire tout permis, y compris contre l’avis des peuples eux-mêmes qui seraient alors les dindons d’une mauvaise farce à bannière étoilée…

 

 

 

 

 

08/12/2021

La France et l'Europe : le "Que faire ?" de Jacques Julliard. Partie 2 : La fin de l'espérance européenne ?

 

L’Union européenne se signale aujourd’hui par une impuissance qui pourrait faire penser à son inexistence pure et simple, s’il n’y avait un drapeau, une monnaie unique et des discours qui font à peine frémir ce grand corps inerte : « L’Europe va-t-elle sortir de l’histoire ? », comme Jacques Julliard en évoque, crûment et de la manière la plus simple, la possibilité ? Le constat est dur, amer pour celui qui a été, un temps, un ardent partisan de cette construction européenne qui, désormais, s’apparente plutôt à une « déconstruction » de l’intérieur : « Pour la plupart de ses habitants, elle n’est plus une espérance, mais une vieille habitude. Si elle disparaissait dans la nuit, qui donc, en dehors de Bruxelles, s’en apercevrait au matin ? ». Je me souviens du printemps 1979, lors de la campagne pour la première élection du Parlement européen au suffrage universel direct : de grandes affiches de Folon évoquaient l’envol de l’Europe mais, de façon assez prophétique, l’être qui s’envolait ainsi avait des bras-ailes beaucoup trop grands et ils ressemblait plutôt à un ptéranodon, ce reptile volant de la préhistoire d’une envergure de 9 mètres, immense planeur qui ne se risquait pas trop à s’aventurer sur la terre ferme car il était alors une proie facile pour de nombreux prédateurs… Visiblement, « l’espoir européen » s’est cassé la figure, et depuis très longtemps ! Autre souvenir, de la même époque : les partisans du Parti des Forces Nouvelles (classé à l’extrême-droite par les médias) avaient publié une belle affiche clamant « victoire pour l’Europe » illustrée de la statue de la Victoire de Samothrace : sans tête, donc… Là encore, difficile, quatre décennies après, de ne pas y voir un de ces intersignes chers à Léon Daudet !

 

Malgré tout, l’espérance était là, et cela même si les gaullistes et les royalistes (de l’Action Française comme de la Nouvelle Action Royaliste) apparaissaient beaucoup plus circonspects, voire franchement hostiles à ce que dénonçait avec force Pierre Pujo (directeur de l’hebdomadaire maurrassien Aspects de la France de 1966 à sa mort, en 2007) sous la formule « Europe supranationale ». Mais, cette opposition restait marginale et trop peu écoutée, et la liste chiraquienne aux élections européennes de 1979 n’obtint qu’un score de 16 % des suffrages exprimés quand le Parti Communiste, aussi peu favorable (mais pour des raisons bien différentes) à cette construction européenne « capitaliste », en obtint 4 de plus. Les partis « européistes », dont M. Julliard était un soutien à travers son vote socialiste de l’époque, parurent alors l’emporter, et l’abstention restait minoritaire alors, à 39 % quand elle atteint, quarante ans après, 50 % après avoir culminé à 60 % en 2009… Mais la « forfaiture démocratique » intervenue au début de la présidence de M. Sarkozy, c’est-à-dire l’approbation presque unanime par le Parlement français d’un traité constitutionnel que les électeurs avaient rejeté trois ans auparavant en 2005 à près de 55 %, a sans doute « tué » l’espérance européenne, à moins que cela ne soit « l’éclatement diplomatique » de 2003 quand la France n’a pu rallier la majorité des pays de l’Union européenne à sa position (partagée par l’Allemagne de M. Schröder et la Russie de M. Poutine) de refus de l’intervention états-unienne en Irak, intervention qui fut, l’on s’en souvient, le « succès » (sic !) que l’on sait… Dans la salle des professeurs de mon lycée, un de mes collègues, géographe émérite et bon connaisseur des relations internationales et de la Construction européenne, avoua à haute voix son désarroi et annonça alors la « mort de l’Union européenne » en tant qu’espérance et que potentielle puissance. Seule la France avait eu l’audace de prôner l’idée et l’intention d’une « Europe-puissance » que nombre des capitales de l’Union ne prirent même pas la peine de traduire dans leurs langues respectives… Le rêve d’une alternative européenne à l’hégémonie états-unienne s’évanouit alors, et les dernières déclarations du secrétaire général de l’Otan, M. Jens Stoltenberg, semblent le dissiper définitivement, en expliquant en octobre dernier que « toute tentative d’affaiblir le lien transatlantique en créant des structures alternatives (…) va non seulement affaiblir l’Otan, mais (…) va diviser l’Europe » et qu’il ne croyait pas (comprendre : ne souhaitait pas…) « aux efforts pour créer quelque chose en dehors du cadre de l’Otan, ou pour concurrencer ou dupliquer l’Otan ». En somme, les pays de l’Union européenne ne doivent ni espérer ni même penser à une Défense propre de l’UE par ses propres forces militaires locales, et doivent accepter « pour leur bien » cette entière vassalisation aux Etats-Unis, les soldats des pays d’Europe étant appelés à servir « l’ost » otanien sous suzeraineté de Washington… Cela aurait dû faire bondir ceux qui parlent de « l’Europe » à tout bout de champ comme de notre seul horizon institutionnel et géopolitique possible : mais rien ne vint, rien ne vient de leur part, comme d’habitude en fait !

 

Si, comme l’évoque M. Julliard, l’espérance a disparu au profit de l’habitude, alors le sort de l’Union européenne est scellé : rien ne se fait sans un minimum de passion, au-delà même de la raison nécessaire pour la canaliser et, sans sentiment à son égard, c’est bien l’indifférence qui, insidieusement, mine tout l’édifice institutionnel et, au-delà, les fondations mêmes, historiques, littéraires et sentimentales de l’Europe millénaire, non pas ensemble administratif mais terres (au pluriel) de civilisations et de cultures, d’esprits et d’âmes au sens fort du terme, cet ensemble dont les frontières restent parfois bien difficiles à cerner et à définir. Mais, l’Union européenne est-elle encore cette espérance européenne dont rêvait, hier, M. Julliard ? A le lire, il est possible d’en douter. En fait, l’Union européenne est effectivement devenue une habitude, mais elle n’apparaît pas (ou plus ?) comme une évidence « naturelle » : le départ du Royaume-Uni ; le refus persistant d’entrer dans l’Union, régulièrement rappelé par les opinions publiques de pays comme la Suisse et la Norvège ; l’absence d’une unité (d’une identité ?) discernable ou définissable… tout cela (et beaucoup d’autres éléments) illustre cette absence d’espérance, autant pour aujourd’hui que pour le lendemain. Autant les nations sont visibles, intelligibles et sensibles, autant « l’Europe de Bruxelles » (dont le portefeuille est à Francfort et le téléphone à Berlin) n’évoque rien au cœur des Européens et encore moins, politiquement parlant, aux yeux de ses partenaires, concurrents ou (et ?) adversaires. Julliard en fait, d’une certaine manière, le constat : « (…) Les Européens convaincus confessent, au vu de ce qu’elle fait, et surtout de ce qu’elle ne fait pas, qu’elle n’est pas vraiment digne des espoirs qu’on avait mis en elle et des sacrifices qu’on lui avait consentis ». Qui, aujourd’hui, serait prêt à « mourir pour l’Europe » ? Comme disait un slogan issu de Mai 68, « on n’est pas amoureux d’un taux de croissance », et pas plus d’un « ensemble de bureaux », quels que puissent être ses moquettes et son papier peint étoilé…

 

Le « désamour européen » est-il, au regard des réalités tristes et conformistes de cette Union sans grandeur et sans destin, une si mauvaise nouvelle que cela ? En fait, tout dépend évidemment de ce que l’on entend par « Europe », et si ce désamour ne s’applique qu’à la « superstructure de l’UE », à ce qu’il n’est pas incorrect de baptiser de la formule « Europe légale », c’est même une bonne nouvelle ! Que l’illusion européiste se dissipe enfin, au moins aux yeux de quelques « éveilleurs de conscience » comme M. Julliard, cela me sied. Pour autant, prenons garde de ne pas lâcher la proie pour l’ombre : une critique de l’Union européenne actuelle qui ne serait pas motivée et qui se contenterait d’être une simple manifestation de nihilisme « anti-européen » serait encore plus dangereuse pour l’avenir de nos nations et de ce que nous aimons.

 

 

 

(à suivre)

 

 

 

 

06/12/2021

La France et l'Europe : le "Que faire ?" de Jacques Julliard. Partie 1 : ce débat que la Présidentielle ne peut occulter.

 

Que dire de l’Europe sous sa forme actuelle de l’Union Européenne ? Dans un bel article intitulé « L’Europe va-t-elle sortir de l’histoire ? » (1), l’essayiste Jacques Julliard apporte quelques éléments de réponse qui méritent d’être rapportés et valorisés, ne serait-ce que parce que, tout en me situant dans une logique « d’abord française », il ne m’est pas possible de négliger le cadre européen dans laquelle la France depuis toujours évolue, parfois en s’en distinguant, en s’y confrontant même, mais toujours en « y pensant et y pesant ». C’est d’ailleurs dans cet état d’esprit que j’ai représenté, en 2009 et 2014, le parti royaliste Alliance Royale aux élections européennes, sans rencontrer aucun succès électoral d’ailleurs, mais en ayant eu, ainsi candidat en tête de liste, l’occasion de creuser quelques sujets européens et de mieux réfléchir sur la nature et l’avenir de l’Union et, bien au-delà, sur ceux de l’Europe en tant que sujet et acteur historique. J’en suis arrivé à la conclusion que la France n’est pas exactement européenne, c’est-à-dire qu’elle a des particularités difficilement solubles dans un grand Tout européen, ou plutôt qu’elle est une nation particulière en Europe, résumé de cette dernière sans se limiter à cette définition. Me revient alors la fameuse citation de Jacques Bainville, souvent évoquée sans être vraiment (ou totalement) comprise : « Le peuple français est un composé. C’est mieux qu’une race. C’est une nation. » Or, c’est, justement, ce que n’est pas l’Europe et encore moins l’Union Européenne : si l’UE promeut la diversité des hommes et des communautés (plus en tant qu’idéologie, d’ailleurs, qu’en tant que réalité, ne serait-ce que par sa communication législative et diplomatique qui se fait principalement en… anglosaxon, alors même que la patrie de Shakespeare n’appartient plus à l’ensemble supranational !), elle en oublie souvent la pluralité des nations la composant, se comportant, par le biais du Parlement européen et de la Cour européenne des Droits de l’Homme, comme la République jacobine « une et indivisible » de la France révolutionnaire et napoléonienne à l’égard des anciennes provinces déchues. De plus, au regard de son impuissance fondamentale (2), elle n’apparaît pas en mesure de « faire nation » et, d’ailleurs, elle ne semble pas le souhaiter, préférant une « Europe post-nationale » qui dissoudrait les anciennes nations historiques sans en refonder une nouvelle, avec l’idée que cela serait le modèle d’une mondialisation vertueuse et heureuse, utopie dont les deux dernières décennies ont pourtant fait litière…

 

L’article de Julliard mériterait d’être intégralement cité et valorisé, non seulement parce qu’il en finit avec quelques idées reçues et paresseuses sur la question européenne, mais parce qu’il paraît être un véritable manifeste pour la France de demain au sein de l’Europe et pour « l’Europe de demain (qui) ne saurait être fédérale, mais devra faire place aux nations », ce que le royaliste lecteur de Bainville que je suis (comme nombre de royalistes et de gaullistes, mais aussi comme quelques socialistes – Hubert Védrine ? – et, même, quelques ex-maoïstes…) ne peut négliger. En ces temps de confusion et d’agitations électorales, il est urgent de réfléchir sans céder aux sirènes (parfois plus hystériques qu’homériques, plus hurlantes que mélodieuses) d’un européisme atlantiste désormais aux abois quand il conserve, pourtant, tant de positions dominantes en Europe et en France, à travers médias, chaires et manuels d’enseignements, ou discours gouvernementaux (et pas seulement français). Réfléchir, oui, mais pour mieux agir, proposer, s’imposer dans ce débat que l’élection présidentielle ne peut occulter, particulièrement au moment où la question nationale est redevenue prégnante tout autant que préoccupante, au risque d’incompréhensions, voire de tensions et de confrontations pas toujours pacifiques ni très politiques… La question nationale n’est rien d’autre que vitale pour la France, du moins si l’on y répond par l’intelligence sans négliger la passion nécessaire à toute vie d’un pays et de ses composantes. Jacques Julliard, qui se définissait jadis comme « catho-proudhonien » et qui apparaissait naguère comme l’un des théoriciens de la « deuxième gauche », nous ouvre la voie d’une réflexion destinée à la proposition et à l’action : profitons-en !

 

 

 

 

(à suivre)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notes : (1) : article publié dans le quotidien Le Figaro et daté de ce lundi 6 décembre 2021.

 

(2) : Il n’y a de puissance, faut-il le rappeler, que s’il y a volonté de puissance, ce dont ne veulent aucunement les Allemands, préférant s’en remettre à la puissance militaire des Etats-Unis à travers l’OTAN… La France a beau avoir développé le concept de « l’Europe-puissance » et l’avoir vanté depuis une bonne vingtaine d’années, approximativement depuis le ministère de Dominique de Villepin et l’opposition française à la guerre états-unienne en Irak, elle n’a pas réussi à convaincre les autres pays de l’Union Européenne, beaucoup trop frileux et juste soucieux de participer à un « grand ensemble pacifique de consommation » : la leçon romaine du « Si vis pacem, para bellum » (Si tu veux la paix, prépare la guerre) est oubliée par les Européens comme elle l’avait été par les Romains eux-mêmes dès le IIIe siècle après Jésus-Christ, avec les conséquences que l’on sait, pas forcément heureuses…