Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2009

Des colères...

Il est des jours où la colère est plus forte que la raison et, ce mercredi, il y a tant de raisons d’être en colère : d’abord le cynisme des dirigeants de Total qui, au pire moment, annoncent, après des bénéfices mirifiques (14 milliards cette année), la suppression de plusieurs centaines d’emplois en France ; ensuite, le retour complet de la France annoncée par le président Sarkozy dans l’Otan, au risque de paraître céder aux sirènes d’un atlantisme suranné à l’heure de la multipolarité…

 

Et pourtant, la sourde colère qui gronde dans le pays ne trouve pas vraiment à s’exprimer : les manifestations contre les licenciements abusifs, quand elles ont lieu, restent bien sages et prudemment encadrées par des syndicats « responsables », c’est-à-dire le plus souvent timorés et trop soucieux de ne pas poser la question politique, celle qui pourrait fâcher… Quant aux opposants à l’intégration complète dans l’Otan, leur voix est quasiment inaudible, malgré les mises en garde des anciens ministres des affaires étrangères et premiers ministres du président Chirac, Villepin et Juppé : la grande presse, d’ailleurs, a été particulièrement absente du débat, à part quelques articles trop rares pour être vraiment significatifs. L’indépendance française méritait-elle ce simulacre de discussion ?

 

Et si les deux questions, sociale et nationale, étaient intimement liées l’une à l’autre ? Car, en définitive, les réponses sont d’abord politiques, et on ne pourra faire comme si elles ne l’étaient pas : l’Etat peut encore avoir son mot à dire, et c’est tout le combat des monarchistes, de ce « parti des politiques » issu de notre mémoire et tradition politiques, de rappeler qu’il n’y a pas de fatalité là où il y a un Etat digne de ce nom et une volonté affirmée de ne pas subir les oukases d’autrui ou des forces économiques. Cette leçon simple, la République l’a oubliée, mais pas nous, persuadés que nous sommes que « l’avenir dure longtemps », comme l’affirmait inlassablement le comte de Paris !

10/02/2009

Soldats allemands en Alsace.

L’installation de soldats allemands en Alsace annoncée dans la même semaine où la république française annonce aussi sa réintégration totale dans l'OTAN n'est pas la chose la plus judicieuse ni la plus heureuse qui soit...
Doit-on y voir la fin de toute indépendance nationale, au nom d'une Union européenne qui a elle-même renoncé à toute puissance politique et risque de n'être qu'un vaste supermarché protégé par des troupes commandées de Washington ?
Cette double décision est maladroite mais les réactions à ces annonces présidentielles semblent prouver une sorte de "lâche soulagement" de la part de nombre de nos compatriotes et d’Européens : en somme, l'Europe des 27 veut simplement qu'on lui fiche la paix à défaut d'être capable de la défendre...
Or, la paix est un bien fragile qui ne vit que si on l'aime passionnément et qu'on est prêt à la défendre, y compris... les armes à la main ! N'oublions pas les (tristes) leçons de mai 1940 pour ne pas avoir à en revivre les conséquences...
D'autre part, l'histoire nous enseigne que la plus précieuse des libertés, celle qui garantit les autres, c'est la liberté du pays, l'indépendance nationale : ne pas dépendre des autres pour nous défendre et pour librement agir et penser.
"Mon verre est petit mais je bois dans MON verre", disait le général de Gaulle. Il ajoutait, conscient des retournements de l'histoire, que "les alliances sont saisonnières"...

L'Union européenne ne se fera pas sur des malentendus ou des compromissions mais sur des réalités et des nations, particulières sans forcément être "particularistes", égoïstes ou antagonistes, bien au contraire.
L'Europe, de toute façon, n'existera que le jour où elle aura envie de vivre libre, y compris du "grand frère états-unien" : pas de puissance sans indépendance, remarquait encore de Gaulle, à la suite des Capétiens.
Avant d'inviter les Allemands sur notre sol, il aurait été utile de savoir s'ils étaient disposés à défendre l'idée d'une Europe libre, forte et respectueuse de ses particularités et de ses nations : si ce n'est pas le cas, cette décision d'installation en France aura plutôt fait régresser la construction européenne et attisé quelques rancoeurs supplémentaires...
Dernière chose : espérons que les soldats allemands présents en France feront l'effort de parler français, et non l'anglais, et que les Français qui les accueilleront feront aussi quelques efforts en allemand, et non en anglais, car,
si l'anglais devait être la seule langue "commune" aux militaires des deux pays, cela serait la preuve que l'Europe a renoncé, en fait, à la pluralité linguistique pour ne plus être qu'une zone de l'américanosphère, sans culture ni histoire : ce serait dommage !

27/08/2008

Le conflit russo-géorgien : la reconnaissance des républiques ossète et abkhaze.

 

La Russie vient de reconnaître l’indépendance de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie, ces deux territoires revendiqués par la Géorgie mais détachés, de fait et depuis plus de quinze ans, de celle-ci : certains y voient là « l’effet Kosovo » tandis que les Occidentaux, souvent mal inspirés, évoquent un coup de force russe et une violation du Droit international, semblant oublier qu’eux-mêmes en ont fait peu de cas depuis 1999 en ex-Yougoslavie… L’arroseur arrosé !

Ce qui est inquiétant est l’absence de mesure et, surtout, d’indépendance des principaux pays de l’Union européenne coincés par une logique atlantiste, OTAN oblige, et qui empêche l’Europe de se projeter dans l’avenir, un avenir qui ne peut négliger la Russie au risque de ne pas exister librement : sans Russie, pas d’Europe politique ! C’était d’ailleurs le sentiment du général de Gaulle. Or, la russophobie, véritable alliée de la stratégie états-unienne d’endiguement de la puissance orthodoxe, semble aveugler nos dirigeants, à moins qu’ils n’en soient les initiateurs. Cette russophobie des pays de l’UE risque d’avoir une conséquence concrète et rapide, c’est de jeter la Russie, principale puissance énergétique du continent dans les bras de la Chine qui n’attend que cela et se frotte déjà les mains d’une telle aubaine. Pourtant, les Russes sont inquiets de la poussée chinoise, y compris sur leurs marges et dans les zones frontalières du fleuve Amour, et souhaiteraient ne pas être abandonnés à cette alliance inconfortable et, en définitive, peu souhaitée par un Etat russe si peu sinophile.

Anatole France, écrivain de tendance jaurésienne mais pourtant non-conformiste et sans illusion sur le système républicain, prévenait ses lecteurs que la République « ne pouvait avoir de politique extérieure » digne de ce nom : quoiqu’on en pense, De Gaulle avait sans doute tenté de faire mentir cet avertissement ou cette prédiction en rétablissant une diplomatie capétienne fondée sur la liberté de parole et d’action d’un Etat rénové et soucieux, voire jaloux de son indépendance, ce que n’avaient cessé de combattre les atlantistes et les européistes tels Jean Monnet (personnage dont il faudra bien, un jour, faire le procès, ne serait-ce que par égard pour la vérité !). M. Sarkozy semble à nouveau oublier les leçons d’un passé pourtant encore proche, trahissant les idéaux d’un gaullisme dont il se veut une sorte d’héritier à défaut d’en être le continuateur. En choisissant l’an dernier Bernard Kouchner plutôt qu’Hubert Védrine, il marquait là ses préférences diplomatiques. Mauvaise pioche, pourrait-on ricaner aujourd’hui…

Mais, surtout, occasion manquée d’une vraie politique extérieure française qui ne doive rien à personne et soit actrice et médiatrice dans un monde compliqué : la diplomatie est décidément bien « chose royale », et non ce « brouillon républicain » qui nous entraîne vers des catastrophes dont, pourtant, nous ne voulons pas et qu’il ne faut pas souhaiter pour notre pays !

Cet été 2008, meurtrier, est aussi révélateur des insuffisances de notre Défense que des suffisances de nos gouvernants : il faudra bien en tirer les conséquences avant qu’il ne soit trop tard, avant le prochain « Mai 40 »…