Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2017

Le protectionnisme, première définition.

La quinzaine qui s'annonce promet d'être sportive et pas forcément très équilibrée sur les plans politicien et médiatique : le candidat Macron, déjà adoubé par la Bourse et les banques au regard de la bonne journée des valeurs financières le lendemain du premier tour, a reçu le soutien d'une grande partie de la classe politique, syndicale et patronale, dans une sorte de consensus qui rappelle l'union sacrée de 2005 pour la Constitution européenne, union qui avait, en définitive, liguées toutes les contestations en un « Non » puissant et finalement victorieux.

 

Durant cette quinzaine, les arguments des partisans de M. Macron seront principalement « européens et économiques », même si le candidat en appelle désormais aux « patriotes » contre « les nationalistes » que représenterait son adversaire et les « eurosceptiques » qui la soutiendraient, étiquettes faciles et un peu simplistes, du moins si l'on prend la peine de définir les mots que l'on emploie, ce qu'évitent soigneusement de faire MM. Hollande, Cambadélis et consorts. Mais au-delà du nationalisme supposé de Mme Le Pen, c'est aujourd'hui le protectionnisme qui semble le plus morigéné et dénoncé par l'actuel locataire de l'Élysée et les milieux patronaux, avec une violence parfois surprenante : cette ardeur aurait pourtant mérité meilleur usage, en particulier face aux délocalisations des multinationales comme Mittal et Whirlpool, et contre le chômage qui ronge aussi sûrement notre pays que l'endettement public notre crédibilité en Union européenne...

 

Je ne considère pas, quant à moi, que le protectionnisme soit un gros mot ni un grand mal comme l'affirme M. Hollande : c'est bien plutôt une politique d’État de stratégie économique qui peut être crédible et même utile si on l'accompagne d'une politique industrielle intelligente et volontariste, et d'un aménagement équilibré et équitable des territoires et terroirs de France, y compris outre-mer. Il ne s'agit pas de supprimer le libre-échange, mais de l'encadrer rigoureusement et d'en limiter les aspects sociaux et environnementaux qui nuisent aux travailleurs comme aux espaces et aux espèces : c'est, en somme, la reconnaissance que la justice sociale ne doit pas être sacrifiée aux intérêts financiers et à la spéculation, et que la nation peut jouer un rôle protecteur par des lois qui, sans forcément nuire à l'initiative privée, empêchent celle-ci de dériver en égoïsme destructeur et oublieux des devoirs sociaux des puissances industrielles et économiques.

 

Cela n'est évidemment possible que si l’État se donne les moyens de sa politique, et qu'il est capable de recréer les conditions économiques mais aussi sociales internes favorables à la remontée en puissance du pays face aux grandes féodalités multinationales : cela passe par le retour effectif du politique face à l'économique et par la reconstruction d'un État digne de ce nom, véritable « Louis XIV » face aux « Fouquet » de notre temps. En ce domaine comme en d'autres, « Politique d'abord » !

 

 

 

 

 

 

(à suivre : quelques arguments supplémentaires pour un protectionnisme solidaire, éminemment politique et intelligent...)

 

Écrire un commentaire