Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/07/2020

"Vous voulez faire l'Europe ? Alors, faîtes un Roi en France !" Partie 1 : Des juges européens au service des féodalités.

 

Avec la décision du Tribunal de l’Union européenne qui donne raison à la transnationale Apple contre la Commission et qui invalide le remboursement de 13 milliards d’euros à l’Irlande (que cette dernière ne souhaite pas, au demeurant), la construction européenne vient de connaître un échec terrible mais sur lequel les médias n’ont malheureusement guère insisté, plus préoccupés en ce moment par la question du port du masque obligatoire dans les espaces clos en France. Et pourtant ! C’est en s’intéressant aux revers que les États et les peuples peuvent prévenir les risques du lendemain, et se prémunir contre ceux-ci, s’ils ne peuvent être évités. Loin de moi l’idée de plaindre la Commission de Bruxelles, mais, pour le coup, il serait plus que maladroit de se réjouir des malheurs d’icelle sur ce sujet épineux de la fiscalité en Europe, au-delà même de l’UE : « la politique du pire est la pire des politiques » disait Maurras qui, avouons-le, a pu parfois être infidèle à sa propre pensée en ce domaine.

 

« Double défaite », titre ainsi le quotidien La Croix dans son édition du jeudi 16 juillet, qui poursuit : « Défaite cuisante dans deux domaines. D’une part, la juste imposition des multinationales du numérique. D’autre part, la lutte contre la concurrence fiscale entre les États membres de l’Union. » Effectivement, cet échec politique de la Commission est un mauvais signal face aux géants de la toile, et en particulier face à ceux que l’on regroupe sous les vocables de GAFAM (entreprises états-uniennes : Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) et de BATX (entreprises chinoises : Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi), qui semblent organiser et orienter la mondialisation vers une forme de gouvernance numérique qui, en définitive, n’est absolument pas neutre et, même, extrêmement inquiétante par son aspect de plus en plus global et intrusif, voire « obligatoire », particulièrement depuis le Grand confinement du printemps 2020. Notre époque semble ainsi marquer le triomphe d’un « globalitarisme » dont les royalistes d’Action Française ont été parmi les premiers à s’inquiéter après la dislocation du communisme européen, le communisme asiatique restant bien vivant, voire triomphant à travers la puissance chinoise, qui a su habilement évoluer d’un modèle totalitaire classique du temps de Mao Tsé Toung à un système globalitaire (que la Chine espère orienter à son profit) en définitive plus efficace pour tenir la société et intervenir sur la scène mondiale…

 

La décision du Tribunal européen montre aussi, d’une certaine manière, le triomphe (temporaire ?) du Droit (dont savent si bien profiter les féodalités économiques et financières grâce à des armées d’avocats, le terme « armées » étant, en fait, tout à fait approprié à la situation) au détriment du politique qui, désormais, risque de se voir dépossédé, au nom de ce fameux Droit divinisé, de toute possibilité d’agir et de décider de façon libre et « souveraine ». C’est là aussi un des risques de ce globalitarisme qui sait si bien, à travers les cours de justice, user des subtilités d’une « Loi » qui semble devoir plus à la jurisprudence qu’à l’exercice législatif des parlements et à la décision des gouvernements : la gouvernance économique (autre formule pour désigner le pouvoir des féodalités contemporaines) s’accompagne d’une gouvernance du Droit, ou plutôt de sa confiscation par des juges qui s’arrogent le droit de le fixer à travers leurs propres décisions. Les royalistes français qui se plaignaient hier de la République des Juges (mais bien souvent maîtrisée par la République tout court, au risque d’une impression… d’injustice, perceptible dans le « Pays réel ») peuvent légitimement (mais sans doute moins solitairement…) se plaindre d’une « Europe des Juges » qui apparaît trop souvent trahir l’Europe tout court (et je ne parle pas forcément de l’Union européenne…) !

 

Cela va-t-il ouvrir les yeux de ceux qui croient encore à une construction européenne « libérale et fédéraliste » capable de s’imposer aux puissances extérieures et aux féodalités de tout genre qui fondent le sens et la pratique de la mondialisation, une construction maladroite qui semble négliger la puissance du politique ou vouloir, à tout prix, la défaire en croyant que cela assurera la bien des citoyens ou, plutôt, des consommateurs ? La Croix, au-delà de sa déception face à la décision des juges européens, établit un constat qui paraît juste même s’il n’en est pas moins incomplet : « Les démocraties les plus perfectionnées fondent souvent leurs attentes sur le droit pour faire prévaloir le bien commun. Cette affaire démontre que ce n’est pas forcément le cas, surtout lorsque les parties prenantes ont les moyens de faire appel aux meilleurs juristes de la planète. Le droit, surtout dans le monde anglo-saxon, n’est pas extérieur aux rapports de force. » La dernière phrase est importante mais il est nécessaire de rappeler que, dans la tradition française, éminemment politique, l’autonomie du politique doit s’accompagner d’une force de celui-ci qui passe par la puissance de l’Etat et sa liberté ou, au moins, celle de sa magistrature suprême. Vous voulez une construction européenne indépendante des empires et des féodalités économiques et financières (voire communautaristes) ? Alors, vous ne pourrez faire l’économie d’une Monarchie royale en France ! En s’enracinant dans le temps long et en ne devant rien à la Finance comme aux partis politiques qui, trop souvent, en sont dépendants (ne serait-ce que pour payer leur accession au pouvoir, accession qui, en retour, se paye parfois de privautés particulières…), la Monarchie royale donne à la construction européenne une réalité politique sans renoncer à la souveraineté de chaque État mais en les conciliant plutôt qu’en leur imposant des compromis qui leur semblent (et surtout à leurs citoyens respectifs), et parfois à raison, n’être que des compromissions. « Vous voulez faire l’Europe ? Faîtes la Monarchie en France ! ». Car la restauration de l’État en France est surtout une restauration et un renforcement du politique, au-dessus des féodalités économiques qui, si elles peuvent exister, ne doivent pas s’imposer aux États et aux peuples ! Dans le même temps, cette incarnation royale de l’État en France est le meilleur moyen d’assurer une visibilité et une pérennité (qui ne sera pas forcément évidente dans les premiers temps de la Nouvelle Monarchie) à la France, à la fois comme puissance européenne et comme puissance médiatrice au sein d’un monde de plus en plus constitué d’empires, politiques ou économiques.

 

 

(à suivre)

 

 

Écrire un commentaire