Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2018

Un samedi à Paris : le témoignage d'un spectateur engagé. Partie 4 : Quand les pillards troublent la contestation...

La nuit avait étendu ses ombres sur la ville sans l’obscurcir vraiment : l’éclairage public était, par endroits, le dernier mobilier urbain épargné par l’émeute, et les lueurs des explosions rajoutaient à cette ambiance étrange, dans laquelle toute mesure semblait perdue. A l’angle des Champs Elysées et de l’avenue de Friedland, quelques manifestants arrachaient la plaque de la représentation diplomatique du Qatar et jetaient par dessus la grille des canettes lestées. Les discussions allaient bon train quand les forces de l’ordre, toutes proches, bloquaient l’accès aux avenues voisines donnant sur l’Etoile, bouclier contre bouclier. Alors qu’ils étaient à quelques mètres des manifestants, ils étaient impassibles et, d’ailleurs, personne ne les provoquait alors que, de l’autre côté de la place, les affrontements faisaient rage… C’était tout-à-fait étrange : quelques dizaines de mètres seulement séparaient deux situations complètement différentes, dans le même contexte pourtant, comme une sorte de délimitation invisible entre deux mondes, celui de la violence et celui de l’apaisement. Ainsi, des manifestants « combattants », masqués ou visage découvert, se reposaient à côté, presque à toucher, des forces de l’ordre immobiles dont ils lapidaient les collègues qui s’aventuraient de l’autre côté de l’Etoile !

 

En me promenant dans une rue voisine, non loin d’un barrage policier, je remarque un petit groupe de jeunes en survêtement, dont certains paraissent avoir treize ans (ce qui s’est trouvé confirmé par des bribes de conversation saisies) : visiblement, ce n’est pas la manifestation sociale qui les motive, et certains découvrent, les yeux écarquillés, une ville « belle et offerte », selon l’expression de mon interlocuteur du moment, aussi étonné (et agacé) que moi de la présence inopportune de ces jeunes qui roulent des mécaniques et parlent fort et « mal ». En revenant sur mes pas, vers l’avenue de Friedland, je constate que ces groupes juvéniles sont de plus en plus nombreux, et que la physionomie de l’émeute est en train de changer rapidement. Mélange de vrais gilets jaunes qui commencent à partir en clamant haut et fort « A samedi prochain ! », d’activistes qui cherchent encore à faire rougeoyer la nuit et de bandes beaucoup moins politiques et beaucoup plus opportunistes, l’émeute change de fond, mais aussi de forme, la dernière catégorie prenant progressivement le dessus sur les deux autres qui sont pourtant toujours là, mais se retrouvent bientôt entre le marteau des pillards et l’enclume des forces de l’ordre.

 

Les barricades flambent encore, et les gilets jaunes battent en retraite, puis disparaissent bientôt dans les rues adjacentes, longeant tranquillement les grilles policières qui protègent les ministères et l’ancien palais de Mme de Pompadour tout en discutant parfois avec ceux qui les gardent : « Pourquoi ne nous rejoignez-vous pas ? » ; « Pourquoi tirez-vous sur le peuple ? », cette dernière citation, exagérée dans sa formulation, revenant régulièrement sous des formes diverses… Parmi les manifestants, nombreux sont ceux qui croient s’inscrire dans un grand processus révolutionnaire qui emporterait le Pouvoir en quelques émeutes, sans que l’on sache, ni eux-mêmes d’ailleurs, qui devrait remplacer le souverain déchu et son gouvernement. Sommes-nous dans un « Mai 68 » d’automne qui parle de « révolution » à défaut de la penser ?

 

Mais toute insurrection, car il s’agit bien d’une insurrection, entraîne son lot (voire son flot) de pillages, et les pillards étaient bien là, décidés à « détrousser les bourgeois ». Quand les activistes de l’ultragauche détruisaient les vitrines des banques sous les vivats excédés (ce qui n’est pas si paradoxal qu’il y paraît de prime abord) d’une foule d’endettés pour qui la Banque ne vaut guère mieux que le Fisc, les pillards s’intéressaient plus à vider les bourses qu’à frapper la Bourse. Ainsi, sur cette avenue qui menait à l’église Saint-Augustin, les tristes mandrins habillés de noir et de survêtement sans forme s’en prirent-ils aux supérettes et aux débits de tabac, sous les regards effarés des riverains et des gilets jaunes qui s’éloignaient, conscients du discrédit que provoqueraient de telles dévastations sur la popularité de leur mouvement. Au loin, les casques des forces de l’ordre luisaient malgré la fumée des engins de chantier en train de finir de se consumer, mais ils ne se rapprochaient plus, comme si permission était donnée de piller ! Le bruit du verre qui éclate, les pas qui le piétinent, les cris de joie, de cette joie brutale et sauvage de ceux qui, d’un coup, se croient les plus forts et les plus riches au monde, du moins pour un bref moment d’euphorie… Et cet incessant manège des survêtements qui entrent et ressortent avec des cabas remplis de bouteilles ou de paquets de cigarettes… Quel gâchis, soupirais-je au moment du premier pillage qui sera suivi d’une bonne dizaine d’autres.

 

Dans la rue, une vieille dame impotente, appuyée sur sa béquille, était tétanisée, son gros manteau fatigué et triste comme un reproche aux jeunes qui la frôlaient, hilares et indifférents. Abandonnée à plusieurs rues de là par un chauffeur de taxi inquiet pour son véhicule, ce qui était d’ailleurs fort compréhensible même si aucune voiture roulante n’a, à ma connaissance, été victime de destruction volontaire, son regard perdu implorait une aide qu’il aurait été malvenu de ne pas lui apporter. Je m’approche d’elle et lui propose de l’accompagner jusqu’à sa porte, située en plein milieu de la « zone de bataille » : elle accepte, les larmes aux yeux : « Ma rue, ma pauvre rue… Quelle misère ! ». Ma grande crainte est qu’il y ait lors de cette lente marche une charge policière ou un mouvement de panique des manifestants ou des badauds qui pourrait la faire choir. En fait, il ne se passera rien, et tant mieux. Mais le désarroi de cette vieille dame faisait peine à voir, je l’avoue, et m’a aussi rempli de tristesse, puis d’une rage froide : « Dans quel état la République a-t-elle mis le pays ! », ai-je pensé dans un réflexe royaliste qui négligeait sans doute toute réflexion construite, mais qui trouvait néanmoins tout son sens dans la situation présente.

 

J’étais fatigué, tout d’un coup : cela faisait presque sept heures que je marchais, que j’observais, que je discutais, au milieu des fumées et de la rage, au cœur de l’émeute et de ses déchirures qui n’étaient pas dorures, et cette dernière scène m’avait, en fait, plus fatigué encore. Autour de moi, désormais, l’émeute avait laissé place au pur pillage, et les témoins assistaient impuissants au déchaînement de la horde : la cagoule noire avait remplacé le jaune encoléré ! J’essayais bien de m’interposer entre quelques uns de ces pillards et un couple dînant dans un restaurant pourtant discret, ce fût en vain et sous les insultes et les menaces de quatre encagoulés, je reculais, en fait comme tiré en arrière par d’autres manifestants qui me crièrent, effrayés et dépités, que les voleurs étaient armés. « Cela ne vaut pas la peine de se faire trouer la peau pour un sac à main », me disaient-ils tandis que les agresseurs disparaissaient rapidement dans une petite rue voisine et que la police, non loin de là, restait curieusement immobile devant ces scènes de pillage et de vol. On m’expliquera ensuite que les forces de l’ordre ne voulaient pas prendre le risque d’une bavure lors d’une interpellation qui aurait pu être musclée, « pour ne pas enflammer les banlieues »… Cela n’enlève rien à ma honte de ne pas avoir pu empêcher ce violent larcin !

 

La place Saint-Augustin voisine offrait, elle aussi, un spectacle de désolation, et la chaussée défoncée par endroits gardait les stigmates d’affrontements antérieurs. Curieusement, si les vitrines des banques étaient brisées, les vitres d’une vieille et magnifique DS (ma voiture préférée !) blanche garée au milieu de la zone d’affrontements avaient été épargnées… Sur le trottoir, un groupe de journalistes, dont le micro était pourtant « anonymé », était assailli par des personnes dont il commençait à être difficile si elles étaient du camp des pillards ou de celui des contestataires. J’engageais une longue conversation avec un jeune intellectuel qui se posait (et me posait) mille questions sur les événements du jour et des semaines passées…

 

Quelques grosses poignées de minutes après, en traversant la Seine au niveau des Tuileries, il me semblait que je franchissais une ligne de démarcation invisible : des événements de la journée, dans ce Quartier latin jadis théâtre de tant de luttes jusqu’au « joli mois de Mai » 1968, il n’y avait aucune trace ! Cafés et restaurants étaient remplis de jeunes et de moins jeunes festoyant gaiement, et les verres qui s’entrechoquaient tintaient agréablement à mes oreilles encore assourdies par les explosions de l’après-midi.

 

Tout d’un coup, dans une vitrine d’antiquités de cette rue de l’Université que je longe désormais, une statue de pierre me sourit : Henri IV ! Le roi qui a réconcilié les Français entre eux et avec leur Etat… Un clin d’œil, peut-être, que certains appelleront coïncidence et que j’ose considérer, simplement, comme un rappel et, mieux encore, comme un appel au Roi !

 

 

03/12/2018

Un samedi à Paris : le témoignage d'un spectateur engagé. Partie 2 : Une drôle d'ambiance...

Voici la deuxième partie de mon témoignage sur les événements du samedi 1er décembre à Paris. Une fois sorti des Champs Elysées, on entre dans une autre dimension de la manifestation.

 

 

Quelques minutes après, j'entreprenais de descendre l'avenue de Friedland, puisque l’Étoile nous était interdite. C'est un spectacle de désolation qui m'attendait : le trottoir disparaissait sous les gravats, les éclats de verre, les débris métalliques, et des grappes de manifestants s'agglutinaient le long des murs, semblant attendre une charge policière qui ne venait pas. Des voitures immatriculées « CD » étaient retournées ou éventrées : un riverain en pyjama, hilare, m'explique alors que ces véhicules appartiennent à des diplomates chinois, tandis que des badauds photographient la scène. Ce qui me surprend alors et me surprendra encore plus quelques heures après, c'est l'apparente indifférence des propriétaires de ces récentes épaves : elles resteront dans la même posture et à la même place des heures durant, bien au-delà de la nuit tombée. D'autres, sans plaque diplomatique et beaucoup moins rutilantes dès l'origine, elles aussi endommagées, seront incendiées par des casseurs même pas encagoulés et, pour au moins deux d'entre elles, bien des heures après leur première dévastation.

 

Un peu plus bas, d'énormes fumées envahissent la rue et surplombent les toits : « Paris brûle-t-il ? ». Aux carrefours, des voitures achèvent de se consumer, et il n'est pas quinze heures... D'autres s'enflamment encore, et les manifestants y semblent presque indifférents, dans une sorte de mélange de colère et de résignation devant ce qui se passe autour d'eux. Les gilets jaunes s'époumonent, et, dans le même temps, applaudissent les camions de pompiers qui arrivent parfois difficilement. Dans une rue, j'aperçois une petite Peugeot blanche qui commence à s'embraser, et je me précipite vers le camion rouge le plus proche pour prévenir de l'incendie qui commence juste, mais une barricade de bric et de broc flambe tout à côté tandis que de la banque voisine (une agence LCL) sortent aussi d'immenses flammes. Les forces de l'ordre prennent prudemment position tandis que les slogans hostiles à M. Macron se succèdent, parfois mêlés à d'autres appelant la police à rejoindre l'émeute... Étonnante situation, qui peut paraître assez paradoxale, de ces foules qui veulent changer de gouvernement et en appellent aux forces de l'ordre pour mener cette « révolution » ! Difficile ensuite de les traiter de « factieux », car ils ne remettent pas vraiment en cause « l'autorité » en tant que telle mais bien plutôt la légitimité de l'actuel locataire de l’Élysée.

 

Je rejoins un fort groupe de manifestants, de vrais gilets jaunes et quelques jeunes « anarchistes » avec qui je discute sans cacher mon royalisme : cette sorte de discussion impromptue se reproduira près d'une vingtaine de fois dans l'après-midi et la soirée, et cela avec des gens très divers, des Bretons anciens Bonnets rouges au royaliste quinquagénaire sans étiquette partisane, des retraités (il y en avait beaucoup ce jour-là) de l’Éducation nationale aux mères célibataires et femmes de ménage, des jeunes militantes d'extrême-gauche aux vieux routards des combats syndicalistes, du partisan du Frexit opposé aux onze vaccins à ces couples d'amoureux qui cherchaient juste à échapper au désordre pour continuer leur promenade romantique... Les plus jeunes et les plus novices en manifestation croient que « c'est la guerre », et s'effraient en même temps qu'ils s'enivrent de la situation, revivant ce qu'ils ont vu à la télévision sous l'estampille « Mai 68 », entre autres. Non, ce n'est pas la guerre ; non, ce n'est pas la révolution, mais cela ressemble de plus en plus à une insurrection...

 

Dans une petite rue non loin de la barricade enflammée, des centaines de manifestants se réfugient après une charge des forces de l'ordre en criant des injures moins aimables à l'égard de celles-ci. Un jeune père de famille veut traverser le cortège avec sa petite fille, au moment où les grenades claquent au bout de la rue : je le lui déconseille avec le sourire, et je l'accompagne vers un endroit plus calme où il pourra attendre que les esprits se refroidissent un peu... Quelques minutes plus tard, dans cette rue étroite, se construit une barricade avec une baraque de chantier et du matériel hétéroclite, des planches, des tôles, etc. Mais la charge viendra d'ailleurs, de l'autre rue d'à côté : les manifestants refluent en désordre tandis que les riverains regardent et parfois filment la scène avec leur téléphone. Quelques explosions assourdissantes retentissent, et un épais nuage de fumée incommodante envahit les lieux, de celle qui fait fortement tousser et cracher, tandis que les yeux se mettent à piquer (et un peu plus, même) et à ruisseler. Je ferme la marche, marchant du pas lent de ceux qui n'aiment pas courir (ce qui m'est, d'ailleurs, impossible en ce moment), et tout d'un coup, je vois surgir du brouillard lacrymogène deux motos dont je discerne d'abord seulement les phares. Des motos ! Mais cela ne se peut pas, ou plus ! Depuis la mort de Malik Oussekine, en décembre 1986, et la dissolution des « voltigeurs », il n'y a plus, officiellement, de charges à moto, comme celles que j'avais connues en mai 1983, rue de Rennes, non loin de Montparnasse, lors des manifestations étudiantes (de droite...) contre la réforme universitaire du nom d'Alain Savary. Et pourtant, même si cela n'a été qu'une vision fugace, elle était bien réelle ! En fait, c'est de ces motos que semblent avoir été lancées les dernières grenades assourdissantes.

 

Un peu plus loin, sur les marches d'un immeuble, un couple de jeunes manifestants, à mon avis plus « gauchistes » que « gilets jaunes », est recroquevillé, étouffant et pleurant. Je m'approche d'eux, et je pense qu'ils sont à peine sortis de l'adolescence : c'est leur première manifestation, et c'est leur baptême du feu, mais elle en est plus énervée que lui, moins virulent, presque timide. Visiblement, ils reviendront... Je les reverrai quelques heures après, marchant avec d'autres manifestants, jeunes aussi, et possiblement radicaux, mais pacifiques. Mais ils font partie de ces jeunes qui sont plus révoltés que révolutionnaires, et à qui notre société de consommation ne convient plus, et j'avoue partager leur dégoût de cette société-là qui, en définitive, n'est rien d'autre qu'une « dissociété » hautement discutable et contestable qui privilégie la quantité plutôt que la qualité et qui sacrifie l'avenir à l'immédiate jouissance éphémère et addictive. Ont-ils lu Illich, connaissent-ils Bernanos, et Georges plutôt qu'Antonin ? Je n'en sais rien, mais je constate que le vieux royaliste que je suis ne semble pas trop les effrayer, peut-être parce que je crois les comprendre et que, d'une certaine manière, je retrouve en eux, et sous d'autres atours (vestimentaires et sans doute idéologiques), ce que j'ai été jadis, jeune...

 

 

 

(à suivre)

 

 

 

 

22/06/2016

Ce semble-Etat de la République...

Je poursuis ce mercredi la retranscription de mon discours de dimanche dernier, prononcé lors du banquet de fin de printemps du Groupe d’Action Royaliste. A me relire, j’ai l’impression que mes propos trouvent confirmation de leur actualité en ce jour de cafouillage gouvernemental et de « victoire » (temporaire ?) des organisations syndicales contestataires. La suite demain, sans aucun doute…

 

 

 

Un élément nouveau est apparu la semaine passée avec l’annonce du premier ministre et du président de la République, dès le lendemain des incidents du 14 juin, de la possibilité légale d’interdire les prochaines manifestations syndicales parisiennes. Certains, ironiques, y verront peut-être la fin du fameux « Interdit d’interdire », valorisé par la Gauche depuis Mai 68. (1)

 

Est-ce une marque d’autorité ? Non, j’en doute : lorsqu’elle rencontre une difficulté, la République, surtout quand elle se dit « de gauche » (ce que je n’oserai lui dénier), tombe tout de suite dans l’autoritarisme qui n’est que la caricature de l’autorité. (2)

 

Est-ce vraiment illogique, est-ce vraiment une surprise pour les royalistes qui savent d’expérience et d’histoire, en bons « empiristes organisateurs », que la République, sauf en de rares occasions qui ne durent et ne peuvent – par le principe même de la « République des républicains » - durer, n’est pas un véritable Etat mais, comme le disait fort bien le philosophe Pierre Boutang, un « semble-Etat » : cela ressemble à un Etat, il en porte les marques et les couleurs, mais cela n’est pas un Etat ! Il lui manque le temps, l’autorité et la légitimité qui fondent un Etat digne de ce nom. Le « semble-Etat » est le Canada Dry de l’Etat, rien de plus.

 

C’est encore plus vrai aujourd’hui qu’hier, et c’est terrible pour la France et les Français qui en sont les premières victimes.

 

 

 

 

(à suivre : L’Etat sans l’autorité, la pire des choses.)

 

 

 

Notes : (1) : L’interdiction de la manifestation a effectivement été prononcée le mercredi 22 juin… avant que d’être infirmée quelques heures plus tard devant la colère d’une bonne partie de la Gauche et des syndicats, y compris de ceux qui sont favorables au projet gouvernemental : cette valse-hésitation (formule qui se prête évidemment à nombre de jeux de mots, à moins qu’ils s’agissent de maux…) démontre à l’envi l’absence de constance et, encore plus, l’absence de cap du gouvernement. Cela confirme mes propos de dimanche dernier sur la crise d’autorité du régime.

 

(2) : C’est une tendance lourde de la Gauche, en définitive, et cela dès les débuts de la République si l’on considère que la République des années 1792-1794 en est une incarnation et que le tandem Robespierre-Saint-Just en porte les « valeurs », ce qui reste, d’ailleurs, à expliquer et, parfois, à nuancer. Il faudrait sans doute revenir sur la fameuse formule de l’Archange de la Terreur qui proclame « Pas de liberté pour les ennemis de la Liberté », formule qui, jusqu’à une période récente, était hautement revendiquée par une part significative des hommes et des partis de Gauche, pas forcément communistes…