Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2008

L'Europe des Etats face à la crise.

La crise financière a montré quelle Europe pouvait fonctionner et laquelle n’était qu’une chimère verbeuse et plus idéologique que réaliste : en somme, l’Europe des Monnet et Schuman n’a pas résisté à la tempête boursière tandis que l’Europe des Etats s’est affirmée, au point d’influencer les Etats-Unis dans leur propre politique économique.

En effet, qu’a-t-on vu ? Des Etats qui ont cherché à combattre la crise, non pas en se niant ou en se confiant à d’autres, mais en coordonnant leurs efforts, en s’inspirant du plan du premier ministre anglais Gordon Brown et du volontarisme de Nicolas Sarkozy, lui-même inspiré par la plume du gaulliste social Henri Guaino, anti-maëstrichien notoire… Alors que la Commission européenne brille par son absence et que M. Barroso ne pense qu’à assurer sa réélection au poste de président d’icelle, ce sont les Etats qui ont repris la main et qui « font l’Europe politique », loin des rêves et des manies des technocrates bruxellois, complètement inaudibles depuis quelques mois.

Il faut en convenir : l’Europe fédérale est un échec terrible, même si certains nient encore cette réalité pourtant visible de tous. Par contre, c’est, comme le souhaitait le général de Gaulle, l’Europe confédérale, celle des Etats, qui peut fonctionner ! C’est l’union des Etats qui peut parler, agir, intervenir. Ce n’est pas cet ectoplasme institutionnel qu’est la Commission européenne, qu’il faudrait sans doute, sinon supprimer complètement (quoique…), en tout cas remettre à sa place qui ne peut être celle d’aujourd’hui, trop envahissante.

D’autre part, cette crise montre aussi le retour du Politique, un Politique qui, à tort, était moqué par les technocrates européens et dénié par ces libéraux et ces sociaux-démocrates qui ne juraient (et ne jurent toujours, mais plus discrètement ces temps derniers) que par l’Economique. Ce sont les Etats qui ont sauvé (ou, à l’heure qu’il est, garanti) un système bancaire occidental en capilotade : cela ne devra pas être oublié et, lorsque les temps économiques seront meilleurs, il faudra le rappeler à ceux qui chercheront, une fois de plus, à profiter égoïstement en oubliant leurs devoirs sociaux et en se parant du manteau de la « liberté » dont ils ne veulent voir que les reflets économiques… C’est d’ailleurs à ce moment-là qu’il faudra aussi que notre Etat français soit le plus rigoureux et qu’il soit le plus juste : la justice sociale ne doit pas, alors, rester un vain mot et il faudra sans doute faire rendre gorge à quelques Fouquet indécents. Il n’est pas certain que la République, si dépendante des féodalités financières aujourd’hui discrètes mais demain à nouveau arrogantes (tant d’exemples dans notre histoire le rappellent !),  soit en mesure d’affirmer alors son indépendance nécessaire. Un Louis XIV, de par sa position de liberté à l’égard des forces d’argent auxquelles il ne devait ni sa fortune ni son pouvoir ni sa légitimité, pouvait frapper ou flatter les financiers à sa guise, dans l’intérêt de l’Etat qu’il incarnait : un Sarkozy n’a pas la même latitude…

Décidément, la République, malgré quelques beaux sursauts politiques, n’est pas la Monarchie : dans cette affaire de crise financière, la Monarchie (je parle de la Monarchie propre à la France, si particulière) serait allée plus loin et, surtout, plus longtemps, disposant de ce qui manquera toujours à la République, c’est-à-dire le temps, la durée, la continuité

18/06/2008

Triste 17 juin...

Le livre blanc sur la Défense vient de sortir et il montre toute l’hypocrisie d’un président qui s’est fait élire sur le nom de la France et ne cesse de la diminuer, dans les faits, par son attitude et ses actes. Ce 17 juin, jour symbolique d’une certaine manière, coincé entre les anniversaires du discours de Bayeux de 1946 et de l’appel du 18 juin 1940, est un jour de tristesse pour la France, et la fin de l’indépendance militaire française, mais qui s’en soucie ? Les radios et les télévisions ne retentissent, en fait, que de la rencontre de balle-au-pied entre les Bleus et les Italiens, et notre société « distractionnaire », celle-là même dénoncée par Philippe Muray, montre sa redoutable efficacité par le brouillard qu’elle crée autour des décisions importantes de cette République de la démission qui, déjà, remplace son propre drapeau sur les édifices publics par le drapeau étoilé d’une Union européenne sans âme ni cœur…

 

Triste jour que celui où l’actuel locataire de l’Elysée trahit la doctrine gaullienne de l’indépendance nationale dans l’indifférence générale, en faisant un véritable bras d’honneur aux traditions capétiennes et françaises : est-ce si étonnant quand on connaît le personnage qui, en définitive, suit la logique de son héritage familial et de sa pratique politique ? Le « tropisme d’Empire » propre à la tradition hongroise, pourtant si éloigné de l’histoire française, joue aujourd’hui en faveur des Etats-Unis et il est significatif que les autres pays de l’Union européenne se félicitent du « retour » de la France dans le Commandant intégré de l’OTAN dont le général de Gaulle avait heureusement sorti notre pays il y a plus de 40 ans.

 

Désormais, il sera plus compliqué à la France de marquer sa différence en Occident et il nous faudra assumer cette nouvelle situation qui nous lie encore plus les mains à l’égard d’un Empire qui ne se prive pas de montrer qu’il reste le maître en Union européenne en « conseillant » sa conduite à l’UE, autant dans son élargissement que dans sa stratégie militaire… Le Traité de Lisbonne, d’ailleurs, n’est-il pas explicite à cet égard, reliant la possible Défense européenne au fonctionnement et aux décisions de l’OTAN ?

 

Certains me trouveront bien « colère » ce soir, et ils n’auront pas tort. Mais je ne me résous pas à cette vassalisation programmée de mon pays que, sans chauvinisme (malgré mon patronyme…), j’aime profondément, cette « France libre, dans l’honneur et la dignité », selon les beaux mots du général de Gaulle…

 

Cela étant, l’Histoire de France montre à l’envi que ce pays ne saurait être tout à fait comme les autres, et qu’il a encore de nombreuses et belles pages à écrire : cette nuit, je relis, sans nostalgie et l’espérance au cœur, les « Mémoires de guerre » du chef de la France Libre des années 40. Espérance, douce et belle, terriblement belle sous ses voiles d’amertume…

 

01/03/2008

Vulgarité présidentielle.

Lorsque nous étions en Andalousie, l’actualité française nous était fort lointaine et nous n’en parlions guère, il faut bien le reconnaître. Mais la presse espagnole n’a pas loupé l’occasion d’évoquer la réplique de Nicolas Sarkozy à un visiteur d’ailleurs fort malpoli et aussi peu tolérant que le propos du président était inapproprié… Triste époque où la politique semble se limiter à un jeu de communications « pipole » et de petits mots teintés d’une vulgarité qui n’a rien à voir avec la polémique assassine d’un Victor Hugo, d’un Henri Rochefort ou d’un Léon Daudet… Et quelle piètre image de notre pays donne cette République mondaine de parvenus qui ne maîtrisent ni leur langage ni leurs nerfs, se contentant parfois de la morgue que l’on reprochait jadis aux aristocrates de l’Ancien Régime.

 

Ainsi, la réplique vulgaire (même si la colère pouvait être légitime au regard de la brève algarade) a remplacé l’esprit français et ce sens de l’Etat qui obligeait son dépositaire suprême à une certaine hauteur. Cela peut sembler un détail, et c’en est un, mais ô combien révélateur ! Je regardais hier soir le film « le grand Charles » qui évoque le général de Gaulle et, plus particulièrement, son parcours politique entre 1940 et 1958 : les mots durs, voire cruels et injustes, qu’il pouvait avoir à l’égard de ses adversaires comme de ses amis politiques peuvent choquer mais il y mettait cette « patte » politique qui vise à préserver « l’essentiel vital » du pays, son Etat, sa liberté et sa grandeur, et il ne se perdait pas dans les jeux de paillettes et dans ceux des basses insultes. Alain Peyrefitte racontait que, lors de la campagne présidentielle de 1965, de Gaulle avait refusé de dénigrer publiquement son adversaire Mitterrand sur les anciennes « amours vichystes » de celui-ci, et que le général argumentait cette retenue par le simple fait que Mitterrand pouvait, à un moment ou à un autre, incarner l’Etat qu’il dénigrait encore quelques temps avant sa propre élection présidentielle… Préserver la fonction, la magistrature suprême de l’Etat, voilà la doctrine gaullienne qui rappelle la conception capétienne de l’Etat et cette devise qui fut celle des rois de France (et qu’il serait bon de rappeler à l’actuel locataire de l’Elysée) : « Savoir raison garder ».

 

Au même moment, à Séville, des camelots vendaient des porte-clés et des badges reprenant la réplique cinglante du roi Juan Carlos à l’agression verbale du président Hugo Chavez, une réplique qui, si elle était fort simple dans son expression, a uni les Espagnols de toutes les tendances autour de leur monarque, symbole suprême de l’Espagne et défenseur de son unité « malgré tout ». Unir, au nom de l’Etat, et non diviser, voici le programme de tout chef de l’Etat qui respecte la fonction dont il est, pour un temps mais devant l’éternité, le dépositaire. Savoir parler haut et fort, quand l’Etat est agressé, et non s’énerver quand son représentant est personnellement outragé : défendre la fonction et l’Etat impose la fermeté, pas la vulgarité et la facilité d’un échange verbal. Quand le roi d’Espagne défend un principe politique face à Chavez, M. Sarkozy n’a défendu que son ego…

 

La République a, aujourd’hui, les représentants qu’elle mérite et qu’elle suscite, rien de plus. Mais, de Grévy l’avare à Sarkozy le colérique, c’est la France qui subit…