Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2018

Pour une consommation responsable à Noël !

La crise n’en finit pas de finir, comme dit l’ironique formule : le discours tant attendu du président de la République va-t-il répondre aux attentes et aux impatiences, ou remettre de l’huile sur le feu ? Nous verrons bien mais, au-delà des déclarations et des suites de cette crise sociale devenue politique et économique, sans doute faut-il aussi repenser notre rapport à l’économie, simplement, dans notre vie quotidienne et, aujourd’hui, face aux fêtes de Noël. Car les réponses nous appartiennent aussi, et, comme le disait un slogan aperçu à Versailles ces dernières années, « Nos emplettes sont nos emplois », même si le rôle de l’Etat doit être d’ordonner « la grande économie » et de garantir l’équité économique et sociale dans l’unité française, tout en préservant les intérêts français face au monde et à la mondialisation, rôle qu’il semble ne plus remplir désormais.

 

Consommer intelligemment et « socialement », c’est d’abord ne pas acheter sur ces grandes plateformes de commerce en ligne, dont celle qui porte le nom du grand fleuve d’Amérique du Sud, multinationale fraudeuse qui prive les Etats, et particulièrement le nôtre, de ressources fiscales qui se comptent en milliards d’euros annuels. Or, je constate que les classes moyennes et aisées ont pris l’habitude de commander par la toile ce qu’elles pourraient acheter (ou commander) dans les boutiques réelles, par une facilité qui confine parfois à de la paresse. Pourtant, cela a un coût caché mais très lourd pour les finances françaises : car, trop souvent, le commerce dit « en ligne » échappe aux contraintes fiscales et concurrence directement le commerce réel, qui reste, par nature, limité par des horaires humains et c’est d’ailleurs heureux ! Or, c’est bien ce dernier commerce qu’il faut aider et sauvegarder, pour éviter une « dématérialisation » trop avancée de l’économie qui serait une catastrophe, pas seulement économique mais aussi tout simplement sociale et humaine.

 

Acheter à des commerces à taille humaine et de proximité, ruraux ou urbains, c’est aussi le meilleur moyen de conserver un tissu de liens sociaux près de chez soi et au cœur de notre pays, de ses campagnes, de ses villes et de ses quartiers : c’est une pratique individuelle multipliée par autant d’habitants qui peut avoir de vraies et heureuses conséquences sur la réalité économique de notre pays. Mieux vaut acheter à des personnes concrètes, vivant près de chez nous, que de financer des plateformes ne profitant qu’à quelques uns, souvent actionnaires résidant de l’autre coté de l’Atlantique ou confinés dans des quartiers protégés des villes mondiales occidentalisées.

 

De plus, privilégier les produits fabriqués en France, c’est préserver les emplois industriels tout comme acheter des volailles ou des viandes françaises, tout comme légumes, champignons ou fruits locaux, peut permettre de maintenir et de développer une agriculture qui doit, si elle veut survivre, se dégager du piège d’une mondialisation incontrôlée qui se définit et se marque trop souvent comme « la guerre de tous contre tous » au profit de quelques uns. Ainsi, pour les fêtes, je ne me fournis que chez des boulangers et pâtissiers locaux, des petits artisans bouchers et des cavistes indépendants, sans passer par les grandes surfaces qui tirent les prix vers les bas en se fournissant dans des pays où les salaires sont (très et trop) bas, et dans lesquels la qualité des produits est souvent dévalorisée au profit de la quantité !

 

Consommer en responsabilité, c’est aussi un acte civique et, même, politique ! Ce n’est pas toujours facile, certes, mais si les consommateurs français ne le font pas, le risque est de voir la facture sociale (donc fiscale) s’aggraver ! L’Etat, s’il n’avait pas si peur de froisser les ayatollahs du « libre-échange » qui contrôlent la Commission européenne, devrait agir pour inciter (et non forcer, évidemment) nos concitoyens à cette consommation responsable et juste. Mais une République soumise aux intérêts de l’Argent et de la Société de consommation (cette « Société » qui est incapable de concevoir la prospérité sans la croissance, alors que c’est pourtant et sans nul doute un enjeu pour la suite !) peut-elle s’engager dans une telle politique, librement et intelligemment ? Par expérience et par réflexion, j’en doute !

 

Là encore, une « révolution royale », qui n’est pas un simple changement de locataire du Pouvoir, pourrait ouvrir de nouvelles possibilités à l’économie et à la consommation dans notre pays. En attendant, chaque consommateur, royaliste ou non, peut s’engager dans une « régence » économique en pratiquant ces quelques gestes simples qui transforment l’acte de consommer en acte social, économique et politique éminemment français. Le jeu en vaut la chandelle, et peut permettre une suite heureuse : alors, au-delà des paroles, agissons, concrètement et simplement, pour un Noël français !

 

 

 

06/03/2017

L'hérédité et la révolution royale.

La Nouvelle enquête sur la Monarchie est l'occasion de rappeler quelques principes fondamentaux de l'institution royale, sans négliger que celle-ci est aussi empirique et qu'elle peut évoluer dans le temps, par souplesse et en appliquant cette « tradition critique » que vantait tant Maurras à défaut de toujours l'appliquer. Ainsi, évoquer la Monarchie comme une « révolution royale » n'a rien de bien surprenant, même si le terme « révolution » n'est guère populaire parmi nombre de monarchistes « contre-révolutionnaires ». Néanmoins, l'usage que je fais de ce terme n'enlève en rien ma défiance à l'égard de « la Révolution », qu'elle soit française ou iranienne, celle qui se pare d'une majuscule comme d'un mur menaçant, celui contre lequel on assassine les contradicteurs...

 

 

 

Cette révolution royale n'est effectivement possible que par le mode même d'accession à la magistrature suprême de l’État en Monarchie : l'hérédité, et, en paraphrasant quelque doctrinaire célèbre, l'on pourrait parler d'une « révolution permanente », du moins à (et par) chaque génération royale qui accédait au trône, ce qu'avait souligné le comte de Paris dans les années 1980. Quand le fils succède au roi son père, il devient lui-même roi, par ce qui est le plus tragique et le plus naturel des événements, la mort de celui à qui il doit la vie même : « le roi est mort, vive le roi ! ». Ainsi, c'est de la naissance et de la mort que la Monarchie tire sa force et son indépendance : la naissance est la seule chose que, aujourd'hui, l'on ne peut acheter, et, le plus souvent, la mort est une chose qui reste largement inattendue... Le choix, dans l'un ou l'autre des cas (mais plus évidemment en la naissance qu'en la mort qui peut aussi être provoquée ou « avancée »...), n'appartient pas exactement aux hommes et, donc, n'est pas un effet de manœuvres politiciennes ou de combinaisons électorales : c'est néanmoins principalement la naissance qui donne ainsi une totale indépendance au roi, qui ne doit son trône qu'aux effets d'un « hasard contrôlé », issu de l'union d'un homme et d'une femme, et qui peut, par ce mode de succession, parler à tous sans apparaître devoir son pouvoir à l'un ou l'autre des partis qui, au sein ou en dehors de l’État, aspire à gouverner.

 

Mais, comment contrôler le hasard dans le cadre de la Monarchie, se demanderont certains ? En fait, c'est l'ordre même de la succession et ses règles qui permettent ce contrôle et assure une continuité et une légitimité à la magistrature suprême de l’État. Ainsi, il n'y a pas de surprise le jour où le roi meurt : c'est tout naturellement que le sceptre glisse des mains du feu roi vers le nouveau souverain, et que celui-ci peut le brandir aux yeux du pays et du monde, quelles que soient ses qualités ou, même, ses défauts, et les rois, hommes parmi les hommes, n'en sont pas dépourvus. L'avantage de la Monarchie, c'est que, justement, elle ne nie pas la part « fautive » de toute humanité : elle prend les hommes tels qu'ils sont, et non tels qu'ils devraient être dans un idéal d'homme « parfait », idéal qui, malheureusement, mène trop souvent aux dérives totalitaires de « l'homme nouveau » expurgé de toute possibilité d'erreurs mais aussi de pardon de celles-ci... « Que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre », dit Jésus dans l'évangile de saint Jean. La Monarchie reste un régime éminemment humain et non un système idéologique : plus encore qu'une doctrine, qu'elle peut être, elle est d'abord un ordre et une pratique qui se fondent sur les lois fondamentales de la nature humaine sans se laisser posséder ou dominer par elle.

 

L'histoire nous a prouvé que cette règle du « hasard contrôlé » assurait la succession et la continuité au faîte de l’État sans qu'il soit vraiment contesté, du moins beaucoup moins que lors des joutes électorales dans lesquelles les prétendants doivent se justifier en permanence de leurs prétentions et de leurs soutiens, voire de leurs choix anciens ou de leur « légalité ». La naissance d'un dauphin assure la permanence de la magistrature suprême qu'il n'exerce pourtant pas encore : cela nous rappelle que, plus qu'un homme seul, le roi est un héritier qui, à son tour, transmettra l'héritage ; il est un maillon de la longue chaîne dynastique qui traverse les siècles et autorise cette longue vie et mémoire de la nation aux yeux du monde et des générations présentes et à venir. Dans un monde incertain et dans une nation qui doute parfois d'elle-même, c'est un point de repère et un ancrage dans le temps qui sont loin d'être inutiles...

 

Néanmoins, les rois ne sont pas identiques, et chacun est unique : c'est aussi cela cette « révolution permanente » royale ! le fils n'a pas forcément les idées du père car il est né en d'autres temps, sous d'autres étoiles, et il s'inscrit dans une autre contemporanéité. D'ailleurs, s'il est roi, ce n'est pas pour être le clone de son prédécesseur mais pour assurer la continuité de la magistrature suprême de l’État, et son exercice politique nécessite une prise en compte des réalités du moment qui ne sont pas forcément celles du siècle passé : le roi est libre, dégagé de l'action de son père s'il n'est libre de son ascendance, et il renouvelle la figure incarnée de l’État, comme son fils la renouvellera à son tour le jour venu, cela sans menacer en rien l’État lui-même qu'il pérennise.

Il est un autre avantage, peu évoqué, mais qui n'est pas négligeable : la succession dynastique en France, par principe, rajeunit le trône d'une génération à chaque fois ! Encore une forme de « révolution » qui n'est pas forcément mauvaise, et qui donne à chaque génération (ou presque) « son » roi, celui qui vieillit en même temps qu'elle sans que les autres ne soient oubliées par ce mouvement naturel du temps qui passe : il joue aussi, par sa fonction et sans oublier sa place dans une famille qu'il représente le temps de son règne, le rôle d'un trait d'union entre toutes les générations du pays... Le roi est cet homme qui n'est pas prisonnier d'un calendrier électoral mais qui n'est pas libre du temps qui passe, d'un temps qu'il accompagne sans le dépasser, qu'il peut commander parce qu'il lui obéit.

 

Quand l'heure de sa mort est venue, qu'il « a fait son temps » sans que son départ soit l'objet de son choix mais bien plutôt (en majeure partie) d'une forme d'externalité parfois peu maîtrisée (la maladie, la vieillesse, l'épuisement du corps qui peuvent avoir des effets si différents selon les êtres, mais aussi parfois l'accident), il peut fermer les yeux en sachant que, demain, son successeur sera déjà là, qu'il est déjà là et qu'il porte en lui et par lui-même la fonction royale... « Messieurs, je m'en vais, mais l’État demeure, demeurera toujours », souffle Louis XIV sur son lit de souffrance dont il sent bien qu'il sera son lit de mort...

 

« En France, le roi ne meurt jamais », affirmaient les légistes de l'Ancienne France : c'était l'assurance que la France, elle aussi, vivrait toujours...

 

 

 

 

(à suivre : la Monarchie n'est pas un parti)