Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2017

La réforme de l'accès à l'université, version 2017. Partie 2 : La question du baccalauréat de demain.

Si l'on en croit le gouvernement actuel, le baccalauréat va enfin être réformé, pour lui redonner crédit et efficacité : « vaste programme », aurait pu s'exclamer le général de Gaulle ! Car, au fil du temps, cet examen qui est censé être, une fois passé avec succès par le candidat, le premier diplôme universitaire, s'est trouvé totalement discrédité par des taux pharamineux de réussite quand, dans le même temps, le niveau d'ensemble des bacheliers semblait fortement baisser, aidé en cela par la démagogie ambiante et des consignes inspectorales laxistes et, en définitive, injustes. Au point que son utilité a pu être remise en cause et que certains enseignants et quelques intellectuels comme Jacques Julliard n'ont pas hésité à demander sa suppression pure et simple, en particulier ces dernières années, marquées par de nombreux incidents et erreurs, y compris dans les sujets proposés à l'examen ! (1)

 

La piste d'un baccalauréat à quatre épreuves terminales et un contrôle continu sur l'année, peut-être même sur deux ans (les classes de Première et de Terminale), est intéressante, mais il n'est pas sûr qu'elle soit suffisante pour régler tous les problèmes de la préparation aux études suivantes. Tout comme la proposition d'en finir avec des filières S, ES et L, qui ne jouent plus vraiment leur rôle en tant que telles, et de les remplacer par une sorte de « lycée modulaire » qui permettrait aux lycéens de construire leur propre parcours, selon leurs affinités mais aussi selon leurs capacités et compétences concrètes, les unes et les autres prises en compte pour éviter à la fois la démotivation et la perdition : un équilibre subtil, sans doute pas toujours facile à trouver, mais plus juste, autant pour l'élève que pour les enseignants des formations choisies.

 

Cette stratégie n'a de valeur que si l'on retrouve plus de souplesse dans le calendrier d'enseignement, en autorisant l'élève à dépasser les trois années officielles du lycée et en permettant des temps de « césure » (pour une année d'études à l'étranger, par exemple) ou de « détachement en formation professionnelle » (par exemple pour des stages en entreprise ou des périodes en milieu agricole, etc.). Cela nécessite aussi une plus grande autonomie des établissements scolaires et un investissement parfois plus poussé de certains personnels de ceux-ci dans la construction de programmes contextualisés au regard de l'environnement local, historique, culturel comme professionnel (la Bretagne n'offrant pas forcément les mêmes perspectives que l'Auvergne ou l'Alsace, et leurs différences étant à considérer et à exploiter intelligemment, dans une nouvelle pratique de l'aménagement du territoire national).

 

En somme, pour être véritablement efficace et convaincante, il faut penser la stratégie d'instruction publique et de formation des intelligences dans un cadre national pour le général et pratiquer la subsidiarité pour le particulier : n'est-ce pas là une rupture avec l’École de Ferry (Jules), centraliste et éminemment jacobine au nom d'une République « une et indivisible » qui, aujourd'hui, ne répond plus aux enjeux et défis du monde contemporain ?

 

 

 

(à suivre)

 

 

 

Notes : (1) : J'ai personnellement milité, depuis une dizaine d'années, pour la suppression du baccalauréat tout en dénonçant ses défauts et son coût, particulièrement en temps perdu pour les cours, étant choqué de constater que l'année scolaire, à cause de la mobilisation des établissements et des enseignants (pour la surveillance comme pour la correction), s'arrêtait au début juin ! Cette année 2017, j'ai donc « bénéficié » de 12 semaines (d'affilée) de « non-cours » devant les élèves, du 9 juin au 4 septembre : n'est-ce pas absurde alors même qu'il y aurait tant à faire pour permettre au maximum de lycéens de réussir dans leurs études ?

 

 

 

 

31/10/2017

La réforme de l'accès à l'université, version 2017. Partie 1 : le nouveau rôle du conseil de classe de Terminale.

La réforme de l'entrée à l'université a été présentée ce lundi matin mais il y a déjà quelques jours que l'on en connaissait les grandes lignes et que celles-ci étaient discutées, approuvées ou contestées, principalement selon les clivages idéologiques qui continuent de fracturer le paysage universitaire et lycéen français : si les syndicats comme l'UNEF ou SUD y sont évidemment hostiles, par principe plus que par réflexion, d'autres, comme le syndicat FAGE ou les présidents d'université y sont favorables (ou « pas défavorables »), par pragmatisme ou par conviction.

 

Cette réforme concerne dès aujourd'hui les 700.000 lycéens de Terminale de l'année et elle va se marquer, dès la semaine prochaine, par la nomination d'un second professeur principal dans chaque classe de ce niveau : l'idée n'est pas mauvaise en soi, même si elle risque de se heurter à la difficulté, sans doute surmontable, de trouver des volontaires parmi les professeurs de lycée et à celle de financer ces nouvelles nominations. L'approche des conseils de classe du premier trimestre, dans un mois à peine pour la plupart, devrait vite enclencher le mécanisme d'une réforme qui se veut ambitieuse et qui vise à mieux orienter (ou, plutôt, conseiller) les lycéens en fin de cycle secondaire : il ne faudra pas rater cette première étape pratique, au risque de provoquer une crise lycéenne dont la France peut utilement se passer, même si le cinquantenaire de Mai 68 pourrait motiver quelques imitateurs et exciter quelques extrémistes nostalgiques de la Révolution, celle de 1917 et de sa parodie, moins sanglante, de 1968...

 

Avec cette réforme, le conseil de classe de Terminale va redevenir un élément majeur du calendrier scolaire alors que, ces dernières années, il était devenu une simple chambre d'enregistrement et ne jouait guère de rôle dans l'orientation des élèves, se contentant de donner un avis, favorable ou défavorable, pour l'examen du baccalauréat, avis qui n'était pris en compte (et encore !) que lors des jurys de celui-ci, et si le candidat était à quelques points de l'obtention du diplôme ou d'une mention à celui-ci. Lors du conseil de classe du deuxième trimestre, les professeurs de Terminale donneront leur avis, collégialement, sur les dix vœux post-bac formulés par chaque élève par une appréciation, sans doute de type « favorable » ou « défavorable » : l'intérêt de cette pratique est de sortir de la seule perspective de l'épreuve du mois de juin et de préparer ce qui est bien plus important, c'est-à-dire l'intégration à la filière de formation suivante. Ces dix appréciations par élève n'auront qu'un rôle indicatif et non contraignant mais elles pourront jouer un rôle utile de conseil dont le lycéen pourra (ou non, son choix final devant être respecté, selon le premier ministre) tirer profit : c'est aussi un moyen de le responsabiliser, et cela me semble tout à fait honorable.

 

Cette partie-là de la réforme semble raisonnable et légitime, et les syndicats lycéens, s'ils veulent rester crédibles, devraient l'accepter : la décision d'appréciations étant prise collégialement et hors du contexte de l'examen, même si elle peut parfois décevoir un élève qui espérait une filière en définitive déconseillée par le conseil de classe, est une bonne série d'indications qui peut lui éviter les choix universitaires malheureux, surtout pour son avenir. Après tout, le rôle des professeurs (en particulier principaux) n'est pas seulement d'enseigner leur matière mais de préparer les meilleures conditions pour l'avenir de ceux qui leur sont confiés : c'est aussi un élément de la réussite scolaire la plus large et des orientations les mieux assurées, elles-mêmes sources d'économies pour l’État et de richesses pour icelui comme de bien-être professionnel et humain pour les bacheliers.

 

Mais il est encore loin de la coupe aux lèvres et il n'est pas certain que cet aménagement de la Terminale soit suffisant pour régler tous les problèmes qui minent depuis si longtemps l'instruction des intelligences en France. Déjà, des voix s'élèvent pour contester ces aménagements et leur esprit, voix souvent issues de milieux syndicaux plus « conservatistes » que conservateurs, et d'autres s'inquiètent des coûts et surcoûts de ces mesures, en négligeant le fait que, pour réussir au mieux les changements, c'est aussi et d'abord de volonté et de vocation dont le pays et l’École ont besoin. Et il serait de bon aloi, me semble-t-il, de mettre en place, pour les élèves de Terminale, une forme de « tutorat d'orientation » qui pourrait être pris en charge, soit par des professeurs à la retraite volontaires et formés pour cela, soit par des conseillers d'orientation spécialisés sur les filières post-baccalauréat, et, pourquoi pas, par des intervenants des secteurs agricoles, industriels, commerciaux ou de services, en lien avec le tissu socio-professionnel local, communal, régional, voire national.

 

En fait, ce ne sont ni les idées ni les propositions ni même les projets qui manquent, mais bien plutôt la volonté politique pour « faire » et « faire faire » : si M. Macron et quelques uns de ses ministres semblent ne pas en manquer, ils risquent bien, par le système même d'un « pays légal » paralysant et conformiste, de ne pouvoir aller aussi loin qu'il pourrait être nécessaire. D'ailleurs, le président le veut-il lui-même ? Son libéralisme premier n'est-il pas, de lui-même, un obstacle à toute stratégie de « l'imagination au pouvoir » ?

 

 

 

 

(à suivre, forcément)

 

 

 

04/10/2017

Ce que j'ai dit aux "Inrockuptibles", version longue, sur les royalistes face à M. Macron...

 

Un article paru récemment dans la revue Les Inrockuptibles sur les royalistes face au président « jupitérien » Macron me cite, et cela a suscité quelques débats et, parfois, quelques incompréhensions ou malentendus… Aussi, pour les dissiper, je précise que j’ai eu avec le journaliste, très courtois et attentif, une conversation téléphonique de presque 30 minutes, dont il serait trop long de retracer tout le script. Mais j’ai aussi, en complément de cet entretien, envoyé quelques brèves réponses écrites à mon interlocuteur, qui précisaient certains aspects de mes déclarations orales. Les voici ci-dessous, en intégralité, pour que chacun se fasse une idée complète de ce que j’ai pu dire, écrire et penser sur le thème des opinions royalistes sur M. Macron. Bien sûr, elles mériteraient encore quelques précisions et ajustements, mais je les livre telles que je les ai livrées sur le papier au regard des questions posées.

 

 

 

 

- En référence au fameux sondage que nous avons évoqué (1), vous parliez d’un « imaginaire monarchique » présent dans les esprits des Français. En quoi Macron peut-il participer, dans sa conception du pouvoir et d’un retour aux bases de la Vème République, à réveiller, stimuler cet imaginaire ?

 

 

Macron, dans un entretien publié par le1 à l'été 2015, évoquait « l'absence de la figure du roi » qui, selon lui, caractérise la République contemporaine et indique une sorte de « trou par en haut » préjudiciable à l’État et à son sérieux, à sa crédibilité comme à son action efficace.

 

Dans sa campagne comme depuis son élection, M. Macron n'a pas hésité à faire vibrer la corde sentimentale monarchique qui appartient aussi à l'inconscient collectif de la France considérée sous tous ses aspects et depuis ses origines : la célébration de Jeanne d'Arc ; la visite au Puy du Fou, en Vendée chère au cœur des descendants politiques du soulèvement royaliste de 1793 ; la victoire présidentielle célébrée dans la cour du Louvre, palais des rois (et non à la Bastille ou à République...), etc. Tout cela parle évidemment aux Français, quelles que soient leurs aspirations et choix politiques, et encore plus aux royalistes qui, à défaut de soutenir l'action du Président qu'ils considèrent fort critiquable sur les plans économique et social, peuvent reconnaître et faire crédit à celui-ci de ne pas méconnaître la longue histoire capétienne et royale, et de le faire savoir par ses gestes fortement symboliques.

 

De plus, sa pratique du pouvoir, qui ne néglige pas l'autorité et se veut, même, l'incarner comme un trait d'union entre des « contraires » jadis (officiellement) antagonistes (d'où la formule « en même temps », répétée comme un mantra), peut être vue comme une tentative de renouer les fils d'une unité nationale mise à mal par les querelles politiciennes.

 

Pour autant, est-il possible de faire une politique monarchique sans la Monarchie qui peut seule l'inscrire dans la durée ?

 

 

 

 

- En tant que professeur d’histoire et militant royaliste, qu’est ce qui vous touche, intéresse, attise votre curiosité chez Macron ?

 

 

Sans doute la référence et le recours à l'histoire (parfois maladroit et discutable, comme sur la question de la colonisation) et la tentative de refaire une politique étrangère digne de ce nom, à rebours des renoncements des deux présidences précédentes ; une politique qui cherche à replacer la France dans le concert des nations comme une puissance de médiation entre les grandes puissances et sur des terrains jadis abandonnés par MM. Sarkozy et Hollande. Quant à la nomination de M. Hulot comme ministre de la Transition écologique et de M. Bern comme chargé d'une mission sur le « petit » patrimoine, celui qui fait la chair même de la France des racines et des terroirs, voire l'âme du pays et de sa diversité, de sa riche pluralité, ce sont des nouvelles qui peuvent me satisfaire, sans pour autant verser dans l'illusion et en espérant, évidemment, que cela ne soit pas de simples opérations de communication mais s'inscrive dans une logique de préservation et de transmission du patrimoine environnemental comme historique. 

 

 

 

- Qu’est-ce qui vous fait penser que Macron essaie de s’inscrire dans une lignée de présidents à la symbolique forte, comme Mitterrand ou De Gaulle ? Et quelle façon de gouverner et d’imaginer la France, ces deux derniers présidents ont-ils dans la culture royaliste ? Pourquoi pensez-vous que c’est ce dont la France a besoin ?

 

 

C'est sans doute la posture et le style de M. Macron qui peuvent rappeler les intonations capétiennes des présidents De Gaulle et Mitterrand, ce qui n'en fait pas, ni eux ni lui, des royalistes mais qui permettent au moins temporairement une parole forte de la France, à l'intérieur comme à l'extérieur, au moment où la France a besoin d'être rassurée sur sa capacité à traverser les tempêtes de la géopolitique et de la mondialisation. 

 

De manière fort différente, MM. De Gaulle et Mitterrand ont cherché à incarner la France, non pas comme un simple Conseil d'administration mais comme une nation multiséculaire qui avait encore un avenir et, mieux encore, un destin. De plus, ils avaient une haute idée de l’État, même s'ils n'ont pas toujours pratiqué cette idée, et la certitude que le politique avait un rôle à jouer, non pas contre, mais face à l'économique, voire au-dessus : « la politique de la France ne se fait pas à la corbeille », déclare De Gaulle. En cela, ils ont pu être, au moins un moment, « capétiens », mais la République, par principe, n'a pas permis la pérennisation du meilleur de leur œuvre et, bien au contraire, elle a eu tendance à « défaire » plus qu'à « fonder »... 

 

L'expérience historique des présidents de la République de la Cinquième m'incite à penser chaque jour un peu plus que la transmission héréditaire de la magistrature suprême de l’État est le moyen le moins mauvais et le plus nécessaire pour assurer la position de l’État dans la grande suite des temps et dans le moment présent et immédiat, au-delà des jeux de partis et des « féodalités » économiques et financières. La Monarchie royale précise et approfondit la « monarchie républicaine et présidentielle » de la Cinquième République en lui donnant la continuité (grâce à la suite dynastique) et l'indépendance de position, donc la possibilité de l'arbitrage politique, grâce au mode de succession qui, s'appuyant sur la naissance et la mort – l'on ne choisit pas de naître fils de roi et c'est la mort du précédent qui fait le roi suivant sans remettre l’État en question (« le roi est mort, vive le roi », formule qui résume tout) - , ne doit rien aux jeux électoraux et aux groupes politiques, économiques et financiers qui « font » les élections, y compris présidentielles... Le républicain Régis Debray disait il y a trente ans « A la République, il manque une famille royale », et, en cela, sans être royaliste, il pointait la limite d'une présidence qui est trop souvent personnelle et individualiste quand la Monarchie, elle, se veut plus familiale et inscrite à la fois dans la durée et le mouvement. 

 

 




Notes : (1) : il s’agissait du sondage de BVA sur les Français et la Monarchie, commandé par le mouvement Alliance Royale et publié en fin août 2016.