Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2017

Au-delà de la réforme du code du travail.

Ainsi, la contestation sociale de l'ère Macron commencerait ce mardi 12 septembre, au gré des 4.000 manifestations prévues contre la nouvelle loi Travail (en fait, une réforme du code du travail) portée par Mme Pénicaud, et, selon leur importance et leur capacité de nuisance à l'égard du gouvernement, elles ouvriraient le bal d'une incertitude qui pourrait bien déstabiliser, sinon le régime, du moins le président de la République, plus cité (et hué) dans les slogans que son premier ministre, moins exposé et, surtout, moins audible. Mais est-ce la loi elle-même qui jette les manifestants dans la rue, ou une inquiétude sourde des classes ouvrières et tertiaires devant un lendemain qui semble se présenter comme le triomphe du libéralisme européen et la montée du « précariat », de cette situation qui fait des travailleurs de simples fétus de paille ballottés au fil du vent ou, plutôt, du Marché dit « libre et sans entraves » ?

 

A bien y regarder, cette nouvelle loi Travail n'est rien d'autre que la suite (certains diraient la pente...) logique de la loi Travail de 2016, appelée aussi « loi El Khomri », qui avait soulevé une vague contestataire, forte mais bien vaine et stérile, faute d'une stratégie et d'une vision sociale claire et prospective des syndicats et des opposants. Aujourd'hui, elle semble pourtant moins contestée, à défaut d'être moins contestable, ce dont il est légitime de discuter : la méthode employée par l'actuel pouvoir a évité une part des erreurs du précédent quinquennat, particulièrement maladroit et malhonnête sur ses principes comme sur ses projets, faisant souvent passer des vessies pour des lanternes, au risque de discréditer toute parole politique près des électeurs et particulièrement de ceux qui étaient censés être les siens. Durant l'été, le gouvernement a travaillé, proposé et discuté avec les partenaires sociaux sans se les mettre à dos, mais en position de force et avec la ferme intention de ne pas être amené sur un terrain qu'il ne possédait pas : cette stratégie s'est avérée plutôt efficace, et elle a désarmé certaines oppositions syndicales qui ne pouvaient plus arguer du « mépris » de leur interlocuteur. Habile, le gouvernement a aussi profité d'une certaine lassitude d'un monde ouvrier de plus en plus désabusé qui se retrouve, aux yeux des médias et des observateurs, sans autres représentants politiques que les mouvements qualifiés de « populistes », qu'ils soient « insoumis » ou « frontistes », ces derniers semblant avoir déserté le terrain social pour en laisser l'exclusivité à M. Mélenchon...

 

Dans la rue, il risque bien de n'y avoir que peu d'ouvriers et beaucoup plus de fonctionnaires : cette représentation biaisée du monde du Travail n'est pas une bonne nouvelle car l'opinion publique risque bien de se laisser abuser, ne croyant voir en cette manifestation qu'une « confiscation » de la cause ouvrière par des militants professionnels et donnant ainsi raison à un gouvernement trop content d'avoir de tels adversaires, faciles à décrédibiliser. Les autres démonstrations, celles du 21 (à nouveau sous l'égide de la CGT) et du 23 septembre (derrière La France Insoumise), risquent aussi d'accréditer l'idée que le seul choix serait entre MM. Macron et Mélenchon, ce qui constitue, en somme, une impasse politique, l'un servant de faire-valoir à l'autre (et réciproquement), sans grand bénéfice pour les travailleurs, producteurs ou fonctionnaires, et occultant ainsi les vrais débats et les vrais enjeux de la réforme, les uns comme les autres dépassant pourtant la simple question du code du travail, devenu un symbole plus qu'autre chose...

 

Et pourtant, la question sociale mérite, encore et toujours, d'être posée ! Mais sa résolution, qui n'est jamais définitive, ne peut être le fait de M. Macron ni de M. Mélenchon, et, en République française, elle paraît bien insoluble comme l'ont montré les deux siècles qui nous séparent de la date maudite de 1791, véritable acte de naissance de la condition prolétarienne en France et acte de décès, dans le même temps, de toute protection sociale d'envergure du monde des producteurs et des travailleurs, manuels comme intellectuels. Bien sûr, l'on nous rétorquera que le décret d'Allarde et la loi Le Chapelier de cette année de la Révolution française n'ont plus cours mais leur esprit, lui, demeure et semble même triompher avec les temps contemporains et les principes développés par cette « libéralisation capitaliste » qui n'est rien d'autre que la prise du pouvoir par ce que d'aucuns pourraient nommer, un peu rapidement et sans nuance (mais pas sans un vaste fond de vérité) « la Bourgeoisie », celle-là même dont Charles Maurras, ici bien inspiré, expliquait qu'elle « ne comprend pas la question ouvrière, et cela, faute de la voir ».

 

Car les inquiétudes du monde du Travail sont bien réelles et, trop souvent, bien fondées : la mondialisation, si elle semble désormais en déclin (ce qui reste néanmoins à confirmer), joue plutôt contre les travailleurs français et contre les entreprises « de proximité », au risque d'aggraver le précariat et de fragiliser un peu plus le tissu social du pays, déjà bien détricoté au profit des grandes métropoles, ce processus renouant avec la logique terrible de « Paris et le désert français » évoqué jadis par Jean-François Gravier dans un livre homonyme célèbre paru en 1947. La loi du libre Marché est trop souvent celle du plus fort, et elle profite à cette oligarchie économique et financière qui raisonne selon cette effroyable logique franklinienne selon laquelle « le temps c'est de l'argent », formule terrible qui sacralise l'argent au détriment de cette humanité raisonnable qui nous conseille d'être attentif aux autres avant que de vouloir s'enrichir à leurs dépens, et à celui d'un monde désormais saturé de pollutions et d'objets jetables...

 

L'on ne protégera pas le monde des travailleurs sans protéger le Travail comme une valeur plus importante et plus humaine que l'argent : l'exemple des SCOP dans lesquelles le directeur gagne moins du double du salaire des ouvriers de celles-ci, loin des folies (dignes d'un Don Salluste !) de certains grands patrons mercenaires, n'est pas à négliger, s'il n'est pas le seul à appliquer, comme le soulignent aussi les partisans d'un corporatisme rénové et adapté à notre temps. Mais, pour remettre de la mesure dans l'économie et préserver au mieux les intérêts des travailleurs, sans démagogie ni déni des réalités économiques et budgétaires, encore faut-il un État politique digne de ce nom qui n'oublie pas que son premier rôle social est de protéger ceux qui, de naissance ou d'adoption, sont ses administrés et, plus encore, ses citoyens. Et, puisque la République se confond trop avec l'oligarchie qui la dirige ou la manipule, il faudra bien poser la question institutionnelle de la magistrature suprême de l’État susceptible de pouvoir, par statut et par devoir, incarner la justice sociale : au regard de l'histoire de notre pays, il semble bien que ce soit la Monarchie qui réponde le mieux aux exigences à la fois politiques et sociales d'un monde du Travail aujourd'hui déboussolé et divisé...

 

16/02/2017

La légalité ne fait pas la légitimité... ou l'erreur de M. Fillon.

Cette campagne présidentielle est une tragédie dans laquelle les surprises, les petits meurtres entre amis et les trahisons rythment le calendrier politique : le fumet de scandale agace les narines de l'opinion publique tout autant que l'odeur du sang excite les journalistes et les commentateurs...

 

Dans les cafés, à l'heure où le coq devrait chanter, les conversations vont bon train, mais sont rarement sympathiques à l'égard de ceux qui concourent au grand prix de l’Élysée : le comptoir du bistrot, ce « parlement du peuple » évoqué par Balzac, est aussi la tribune de la colère et du dépit, parfois mâtinés de quelques espérances illusoires, qu'elles s'appellent Le Pen ou Mélenchon, voire Macron... Mais François Fillon, lui, apparaît comme le véritable perdant de cette campagne présidentielle, avant même que les candidatures soient officialisées par le Conseil constitutionnel : à entendre les clients, de l'heure du café brûlant à celle de l'apéro, il est coupable de tous les maux de la planète et tout le monde semble avoir oublié que c'est bien la Gauche qui gouverne depuis 5 ans, et qu'elle est, mais oui !, encore au pouvoir aujourd'hui !

 

Ce qui a choqué les Français du comptoir, ce n'est pas forcément que Mme Fillon ait occupé un emploi plus ou moins fictif ou, en tout cas, fort discret, mais bien plutôt les salaires versés, cette démesure financière alors que plus de la moitié de nos concitoyens vivent avec moins de 1.600 euros par mois, et que 9 millions sont rangés dans la catégorie des pauvres. Cela apparaît d'autant plus choquant que M. Fillon demande, dans ses propos comme dans son programme, des efforts aux Français qu'il ne souhaitait, visiblement, pas s'appliquer à lui-même et à sa famille. En politique, il n'y a pas que les paroles qui comptent, il y a aussi l'exemplarité qui pèse dans la reconnaissance populaire : non que l'on demande aux hommes politiques et aux gouvernants d'être parfaits et transparents, mais il leur est demandé une certaine décence dans leur manière d'être, en particulier au regard de leur politique et de leurs promesses...

 

Certains diront qu'il est incompréhensible que l'on pardonne à Mme Le Pen, comme jadis à M. Pasqua, le détournement de fonds publics que l'on ne pardonne pas, même s'il n'est que supposé à l'heure qu'il est, à M. Fillon. En fait, les électeurs distinguent l'enrichissement individuel d'une famille et le financement d'un parti ou d'activités politiques, ce qui explique que Mme Le Pen (là encore comme M. Pasqua en son temps) ne souffre guère de ces accusations graves quand M. Fillon en paye le prix lourd...

 

Je ne connais pas la suite du film et je ne sais pas si M. Fillon abandonnera la course à l’Élysée avant même d'avoir pu rejoindre la ligne de départ. Mais je suis persuadé qu'il ne peut plus gagner cette élection qui semblait imperdable pour lui et son camp il y a à peine un mois, et que la Droite a de fortes (mal)chances d'être battue en juin, lors des prochaines législatives, ou de ne pas être « bien élue » si elle remportait, malgré les vents contraires, la majorité des sièges à l'assemblée nationale. Et si je me trompais et que M. Fillon devenait locataire de l’Élysée, son quinquennat serait un long calvaire, inauguré par un concert de casseroles et empêché dans son action par une faiblesse congénitale liée à son « illégitimité », la légalité fût-elle de son côté...

 

Sans doute aurait-il fallu conseiller, bien avant cette année, la lecture de l'Antigone de Sophocle à l'élu de Sablé-sur-Sarthe, car cela lui aurait évité bien des déboires et des incompréhensions : il aurait compris que, aux yeux de nos concitoyens comme des Thébains de l'Antiquité, la légitimité importe plus que la légalité invoquée à tout instant par M. Fillon comme par Créon avant lui. Inconsciemment, le Français, dans son essence, dans son esprit éminemment politique, préfère celui (ou celle) qui lui parle d'idéal, de grandeur, de l'histoire, plutôt que celui qui lui rappelle constamment la loi en croyant, à tort, que celle-ci pourrait fonder sa légitimité ou sa popularité. De Gaulle, qui avait été hors-la-loi et condamné à mort (par contumace) pour cela, l'avait bien compris, quitte à, parfois, outrepasser ce que la légalité institutionnelle lui permettait réellement de faire et de dire, pour imposer ses vues : le référendum même, cet appel direct au peuple électeur, était un bon moyen de dépasser les lois et les habitudes politiques en cours jusqu'alors. M. Fillon, qui se revendique gaulliste, aurait dû méditer l'exemple de celui dont il se réclame... Est-il trop tard ? Sans doute, car le vent a tourné et souffle désormais en tempête sur les terres fillonistes, dévastant les situations et les positions qui semblaient les mieux établies... Il est vrai aussi que, depuis l'an dernier, et pas seulement en France, Éole a bousculé bien des certitudes, et ensablé et enterré bien des carrières et des statues du paysage politique, déstabilisant sans le faire tomber ce que d'aucuns nomment, sans trop le définir, « le Système ».

 

Dans les mairies de France, il est un buste qui doit commencer à sentir la brise de plus en plus forte lui caresser le plâtre au risque de l'effriter : il n'est pas sûr, en effet, que la République sorte grandie de cette campagne présidentielle... Dans un café de Bourgogne, ce matin, un client s'est emporté contre ce régime désormais ancien, en fait usé et discrédité : en voyant le titre d'une revue qui était posée devant moi, sur la table et à côté de la tasse, il se mit à murmurer, dans une sorte de grommellement sourd : « Et puis, m... ! Un roi, ça nous changerait de tout ça ! ».

 

Je n'ai rien dit, mais j'ai souri : il est des tempêtes porteuses de quelques belles promesses, tout compte fait... Ne dit-on pas : « Après la pluie, le beau temps » ? J'en accepte l'augure, sous les murs de Cluny, là où, aussi, souffle l'esprit...

 

 

02/01/2017

Quand la monnaie disparaît peu à peu... (le cas grec)

La Grèce connaît un long calvaire depuis sept ans, et il ne semble pas que celui-ci puisse s'achever prochainement : l'Union européenne, dominée par une Allemagne puissante et revancharde, poursuit sa politique qui tient à la fois de Gribouille et du Père Fouettard, et elle paraît n'avoir tirée aucune leçon de l'histoire. Le réveil pourrait bien être terrible et finir de mettre à mal une construction européenne aujourd'hui contestée par les peuples mais aussi aveugle aux véritables enjeux géopolitiques et sociaux du siècle qui vient. Comme si le vote du Brexit n'avait pas suffi et au moment même où un institut économique allemand très influent évoque (en le souhaitant) une mise à l'écart de l'Italie par son expulsion de la zone euro, les institutions européennes ne veulent pas desserrer l'étreinte sur la Grèce et font montre d'une grande indifférence aux souffrances d'une population grecque qui se sent abandonnée par tous, y compris par son gouvernement et ses partis politiques.

 

Face à une situation de plus en plus absurde et révoltante, les Grecs s'organisent économiquement de façon parfois surprenante, parfois à leur corps défendant : ainsi, sur cette terre d'Europe qui a vu à la fois la naissance du mot Europe et celle de la monnaie, sans oublier celles de la politique et de la philosophie, la disette monétaire remet en cause l'existence même de... la monnaie, ou, du moins, son monopole. Le Figaro économie du lundi 2 janvier 2017 nous explique ainsi que « le manque de liquidités amène de plus en plus d'entreprises à payer une partie des salaires en bons d'achat » : « (…) Plus de 200.000 employés du secteur privé voient, entre 20 à 25 % de leur salaire rétribué en « tickets de rationnement ». Nombre de multinationales le pratiquent déjà depuis plus d'un an, d'autres les proposent uniquement aux nouveaux salariés. » Ces coupons, qui se développent de façon exponentielle dans le secteur privé, mais aussi, de façon plus discrète, dans le secteur public, remettent en cause le principe même de la monnaie et rappellent en les renouvelant les anciennes pratiques de troc, c'est-à-dire d'échanges non-monétaires. De nombreux économistes et professionnels locaux s'en inquiètent parce que ces coupons « poussent vers (des) solutions moins légales » et qui échappent, évidemment, aux taxations de plus en plus lourdes qui touchent tous les secteurs d'activités économiques : « la politique fiscale imposée à la Grèce par ses créanciers n'apporte ni résultats ni investissements dans le pays. Les jeunes peinent à trouver un emploi, le chômage des 24-40 ans atteint les 35 % et ceux qui ont un travail préfèrent être payés au noir, pour ne pas avoir de coupons à la fin du mois ! ». Ainsi, voilà les résultats de la politique de l'Union européenne, et cela ne plaide pas pour elle...

 

Néanmoins, peut-on penser « au-delà de l'argent », au regard de cette politique des coupons aujourd'hui promue par des multinationales qui, elles, ne manquent généralement pas de liquidités financières et, cyniquement, utilisent en fait ce moyen des tickets de rationnement pour rester « compétitifs » dans le cadre d'une mondialisation de plus en plus agressive et de moins en moins sociale (si cela était encore possible...) ? Et si cette pratique s'émancipait des seules préoccupations économiques et financières (et, aussi et surtout, des multinationales qui la promeuvent pour leur seul profit), et devenait une politique pensée et développée par le gouvernement grec avant que de trouver de nouveaux débouchés en d'autres pays et, pourquoi pas, en France ? L'échange de services et de biens sans l'intermédiaire de l'argent a toujours existé, et aujourd'hui encore, dans des sociétés traditionnelles comme dans notre propre société, en particulier dans le monde rural ou dans celui des quartiers. Bien sûr, cela ne plaît guère aux États qui cherchent à contrôler tous les échanges, y compris les plus petits, pour en tirer quelques ressources fiscales. Pourtant, n'est-ce pas aussi, appliqué à l'échelle locale (quartier, commune, par exemple), un moyen de limiter l'endettement public comme privé et de retrouver, concrètement, la voie d'une certaine solidarité « sans compter » ? La question mérite, au moins, d'être posée...

 

 

 

 

 

17:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : monnaie, euro, grèce, échange, argent.