Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2021

Les royalistes présents dans la campagne présidentielle de 2022 ? Oui, bien sûr...

 

La période des vacances estivales est normalement le moment où les esprits et les corps s’abandonnent au désœuvrement ou aux loisirs, même si l’histoire du XXe siècle nous rappelle que c’est aussi le temps des tensions géopolitiques et des déclarations de guerre (l’été 1914 ; septembre 1939, quand la rentrée des classes n’était pas encore faite…). Mais cette année, c’est la question sanitaire qui domine, qui écrase même (et c’est bien malheureux) l’actualité et ses débats, au risque de nous empêcher de voir l’essentiel, qui n’est pas forcément dans une pandémie relativement peu létale (au regard de l’histoire médicale, qui aurait beaucoup à nous apprendre). Les chaînes d’information jouent leur rôle de « distraction », mais suscitent de plus en plus la méfiance – compréhensible et souvent fondée - des citoyens, au risque de voir les autres modes de circulation des informations et des discussions occuper de plus en plus le terrain ainsi déserté par les « médias de masse » et s’imposer comme alternatives à ce qui paraît (à tort ou à raison, selon les interlocuteurs) comme une « propagande d’État » quand elle s’avère plutôt celle de l’idéologie dominante de ce que l’on pourrait qualifier, en paraphrasant Bertrand de Jouvenel, de « Minotaure » désormais mondialisé (1). Il me faudra revenir, néanmoins, sur la question des libertés (et j’emploie ce mot au pluriel à dessein), principales victimes des errements des politiques sanitaires d’une République capable de dire et de se dédire à quelques semaines d’intervalle, et sur celle des « gagnants » de la crise (ce dernier terme dont l’étymologie est révélatrice quand elle indique la « séparation » entre un avant et un après), que l’on peut synthétiser en trois lettres : BBC, soit Big Data/Big Tech (certains diraient plutôt Big Brother), Big Pharma et Chine…, sans pour autant négliger d’autres gagnants périphériques et, plus encore, idéologiques sur lesquels, là encore, je reviendrai ultérieurement (2).

 

Or, au-delà de la crise sanitaire, d’autres sujets méritent l’intérêt et l’action, tant sur le plan social qu’environnemental, sans négliger l’économique et le politique : la lourde dette publique de la France (à laquelle il faudrait rajouter les dettes privées qui fragilisent une part désormais importante de la population de notre pays) dont le journal Les Echos expliquait perfidement il y a peu qu’elle était « alourdie de 67 années » à cause du soutien aux entreprises et des politiques sociales liées à la crise de la Covid (mais sont-ce vraiment les causes profondes ?) ; le chômage structurel qui touche autant les jeunes que les plus anciens, alors même que – paradoxe ! - nombre de professions ne trouvent pas de candidats, que cela soit dans le monde agricole ou dans les métiers de bouche ; la question des retraites, relancée à la veille de l’élection présidentielle, les candidats de la Droite officielle proposant un report de l’âge de départ à la retraite à 65 ans quand le président en exercice évoque 64 ans et que l’Union européenne souhaite 67 ans ; la transition énergétique qui, par le biais des institutions européennes et sous la pression de certaines féodalités financières mais aussi de quelques écologistes naïfs, sacrifie certains secteurs d’activité pour se rallier à des solutions (ou considérées telles) sans véritable stratégie d’ensemble sur le long terme ; etc. Si ces sujets (et tant d’autres) devaient être « oubliés » lors de l’année politique qui s’annonce, cela serait, non seulement dramatique, mais criminel : il importe de les mettre sur le tapis des discussions et d’en débattre librement et honnêtement, sans limiter la réflexion aux seules postures idéologiques dominantes. N’est-ce pas le rôle des royalistes, qui s’abstiendront sans doute de présenter un candidat à la présidentielle du printemps prochain, de poser les bonnes questions et d’y apporter quelques réponses, pas forcément dogmatiques mais pragmatiques sans oublier d’être imaginatives et toujours en cherchant le Bien commun, celui de la nation qui fait celui de ses citoyens et habitants ? Si les royalistes affichent « Plutôt le Roi que la présidentielle ! », cela ne signifie pas qu’ils se désintéressent de la politique réelle mais, au contraire, qu’ils s’engagent, sous leurs couleurs et sans concessions inutiles, en toute indépendance d’esprit et d’action, dans une campagne de long terme pour proposer « autre chose que ce qui domine aujourd’hui ». Le « combat des chefs » de 2022, s’il ne nous laisse pas indifférent, n’est pas notre préoccupation principale : nous n’attaquerons pas les candidats pour ce qu’ils sont (ou semblent être), mais sur leurs programmes si ceux-ci ne correspondent pas aux intérêts de la nation et de ses populations.

 

Les royalistes ne sont pas dupes d’eux-mêmes : ils savent que la Monarchie royale n’est pas et ne sera pas, en 2022, au centre des débats politiques, et qu’elle ne sera pas ré-instaurée à la fin de cette année-là. Mais il dépend d’eux, de nous, que le recours institutionnel que représente la Monarchie royale devienne, de plus en plus, visible, intelligible et crédible. « L’avenir dure longtemps », disait le comte de Paris à la suite du général de Gaulle qui le lui avait écrit : le saisir est le moyen de ne pas désespérer et de poursuivre ce nécessaire combat au bénéfice des générations de cette France qui, toujours, veut (doit !) vivre, libre et forte. « Demain, la Monarchie », n’est pas une formule de procrastination politique, mais un appel à réduire le délai avant qu’elle devienne réalité institutionnelle. L’histoire n’est jamais finie et ce qui semble impossible en un temps devient parfois naturel ou logique un peu plus tard : à nous de préparer cet avenir royal que, tout compte fait, la France mérite à défaut, pour l’heure, d’y penser déjà…

 

 

 

(à suivre, évidemment…)

 

 

Notes : (1) : Le livre « Du Pouvoir », publié dans les années 1940 par Bertrand de Jouvenel est une réflexion sur l’accroissement de la puissance des pouvoirs d’État au fil des siècles, les révolutions et les crises jouant souvent un rôle d’accélérateur de cette montée en puissance.

 

(2) : La lecture du livre « Bienvenue dans le pire des mondes », publié en 2016 sous la direction de Natacha Polony et du Comité Orwell, est tout à fait éclairante pour saisir ce qui se passe actuellement et qui n’est que l’accélération et la confortation de processus qui s’inscrivent dans celui, plus général, de globalisation : là encore, il sera nécessaire d’y revenir…

 

 

31/03/2021

Les cinquante ans de la Nouvelle Action Française.

C’était un dimanche du printemps 1974 : nous étions dans un autocar qui nous amenait, mes camarades escrimeurs et moi, à Vannes ou à Lorient pour une compétition de fleuret. Quelques semaines auparavant, le président Pompidou était mort ; désormais, les affiches électorales vantaient les noms de ses potentiels remplaçants, débordant largement des panneaux officiels dédiés aux joutes présidentielles et s’étalant sur les murs, les placards d’affichage publicitaire ou les portes des universités. Une affiche, à la sortie de Rennes, nous intrigua : il était question d’un candidat royaliste, et nous pensâmes alors que c’était un héritier des rois, ou quelque chose comme cela, et je crois que, amusés, nous avons alors crié « vive le roi ! », sans penser ni à mal ni à la République… J’avais 11 ans et la politique, alors, se confondait avec l’histoire et le monde des adultes, et je fréquentais assidûment la première sans m’intéresser vraiment au second.

 

Bien des années plus tard, je repensais à ce souvenir dominical sans vraiment savoir s’il était inaugural de mon royalisme. Et c’est dans l’été 1980 que je faisais connaissance avec l’Action Française dont j’allais ensuite devenir un militant passionné et, parfois, irraisonné malgré toute l’importance attribuée, dans ce « mouvement-école de pensée », à la raison raisonnante. Mais le candidat royaliste avait bien existé et j’appris alors qu’il s’appelait Bertrand Renouvin : tout en étant à l’AF dès l’automne 1980, je suivais avec sympathie les tentatives d’icelui pour se représenter à l’élection présidentielle du printemps 1981 et je repérais, dans le même temps, les nombreuses peintures de son mouvement, la NAF ou Nouvelle Action Française (devenue NAR, Nouvelle Action Royaliste, en 1978), qui parsemaient toute la Bretagne, de Quimper à Dinard, en passant par Rennes et les campagnes des environs de Dinan (entre autres). C’était une époque où la bombe à peinture appartenait à l’équipement de tout militant politique « des périphéries », et j’en devins moi aussi un adepte non moins fervent que l’était mon royalisme, l’une devenant serviteur de l’autre…

 

Je n’ai jamais adhéré à la Nouvelle Action Royaliste, même si j’ai eu l’honneur d’être le rédacteur en chef d’une de ses publications, Lys Rouge, et que je suis fidèle lecteur et abonné de Royaliste depuis la fin de l’année 1980 ; j’avoue même avoir été, un temps, brouillé avec les militants rennais de la NAR. Comme le temps passe, puis-je murmurer en me remémorant ces souvenirs qui s’étalent sur presque la moitié d’un siècle… Et justement, voilà que c’est, déjà, le cinquantenaire de ce mouvement royaliste issu de l’Action Française et émancipé de cette dernière : le 31 mars, la NAR a 50 ans… et cela même si son nom de baptême n’est plus celui de sa maturité. Alors, bon anniversaire !! Un cinquantenaire, même sous couvre-feu, cela se fête !

 

Cet anniversaire est aussi l’occasion d’une brève réflexion sur ce qu’est et ce que peut être le mouvement royaliste en général. En sortant de la Restauration Nationale qui représentait une Action Française historique, traditionnelle et fidèle, d’ailleurs autant à Maurras qu’au comte de Paris, les fondateurs de la NAF pensaient la « refonder » et, très vite, c’est l’identité royaliste qui va l’emporter sur d’autres parts de l’identité de l’AF : le nationalisme ou, du moins, son vocabulaire, va peu à peu laisser la place à un attachement à la nation française que l’on pourrait qualifier, à la suite de Pierre Boutang, de « nationisme ». Mais la NAF, y compris après sa transformation en Nouvelle Action Royaliste (un changement de nom qui montre clairement la mutation du mouvement né en 1971 vers un royalisme détaché des polémiques et d’une grande part de l’héritage maurrassien qui, pourtant, n’est pas totalement absent de l’actuelle NAR…), perpétue la méfiance à l’égard de la construction européenne telle qu’elle se déroule dans les années 1970-80, avant que de se rallier, très temporairement, à la vision européenne de François Mitterrand et d’appeler à voter « oui » au référendum sur le traité de Maëstricht. En révisant ensuite son jugement de l’époque ou en le nuançant par une opposition vive à la politique monétaire de l’Union européenne, la NAR montre là un bon usage de l’empirisme organisateur que n’aurait pas désavoué Maurras.

 

Il y a, au-delà de l’actuelle NAR dont le bimensuel Royaliste est le principal moyen d’expression, un héritage de la Nouvelle Action Française que se partagent nombre de militants royalistes, y compris de groupes qui se rattachent plutôt à la « vieille maison » de l’AF : l’idée d’une « Monarchie populaire », que le Groupe d’Action Royaliste, par exemple, traduit en « Monarchie sociale », reste forte et trouve même nombre d’adeptes nouveaux dans une mouvance qui lui accordait une place jusqu’alors plutôt réduite malgré les efforts de Firmin Bacconnier ou de Georges Valois au début du XXe siècle ; la volonté de rompre avec les seules commémorations de souvenirs glorieux et parfois factieux, mais trop souvent mal compris du grand public, au profit d’une histoire plus vivante, plus active même, renouant avec l’impertinence des Camelots du Roi d’Henri Lagrange et de Georges Bernanos ; un style militant qui manie aussi bien le tract argumenté que la peinture combative ou la banderole revendicative ; etc. La lecture des anciens numéros du journal de la Nouvelle Action Française, homonyme avant que de s’appeler simplement « NAF » puis Royaliste, est parfois fort instructive et motivante, avec sa « nouvelle enquête sur la monarchie » ou ses entretiens avec Pierre Boutang et Maurice Clavel, entre autres.

 

Bien sûr, il n’y aurait aucun intérêt à copier exactement ce qui a été fait en un temps désormais lointain : mais la NAF peut servir, sinon de modèle, du moins d’inspiratrice, pour dépasser les préjugés, y compris ceux qui traînent parfois dans les milieux royalistes eux-mêmes, et pour nous rappeler que le combat pour la Monarchie n’est pas un dîner de gala, mais bien une recherche intellectuelle permanente et une action politique raisonnée sans être toujours trop raisonnable. La passion qui anima les « nafistes » et qui poursuivait celle des Camelots du Roi est, elle, toujours d’actualité et, plus encore, nécessaire. « Pour ne pas mourir royalistes, mais pour faire la Monarchie »…

 

 

 

11/02/2018

Mon royalisme : "politique d'abord" et sentiment.

Lorsque le royalisme est évoqué, rarement, dans les médias, il est ramené à quelques noms, soit issus du monde des artistes, soit tirés de l'histoire et, souvent, de la polémique autour des années trente et de la guerre de 39-45 : ce n'est pas exactement satisfaisant, même si Lorant Deutsch et Stéphane Bern me sont tous deux fort sympathiques et qu'ils banalisent (dans le bon sens du terme) l'idée de Monarchie, quand l'évocation de Maurras se fait plus grinçante et moins paisible... Mais limiter le royalisme à l'histoire ou à la popularité simplement médiatique me semble vain, ou insuffisant pour mener à la ré-instauration royale que je souhaite et pour laquelle je milite, année après année, en espérant bien « vivre en Monarchie, et non pas mourir royaliste en République »...

 

Mais alors, comment définir le royalisme, et présenter sa pratique ? Il y a plusieurs approches possibles, et j'en privilégie une double, à la fois politique et « populaire » : un royalisme « politique d'abord », et un royalisme plus « sentimental », et c'est cette prise en compte des deux aspects qui me semble la plus efficace et la mieux compréhensible de nos concitoyens qu'il s'agit bien de convaincre ou, du moins, d'amadouer. Car, je le redis ici, si l'établissement d'institutions royales en France est bien nécessaire pour relever les défis contemporains dans les meilleures conditions, et qu'il peut être mené par un petit nombre, une « minorité énergique » qui sait ce qu'elle veut et où elle va, il n'est viable et crédible que si une part significative de la population civique française accepte et, même, désire cette « refondation » : pour s'enraciner, il faudra bien que la Monarchie royale soit, ou devienne, populaire près des Français.

 

S'il est possible que cette popularité vienne après l'établissement royal, il ne faudrait pas, néanmoins, qu'elle tarde trop. Considérons qu'un délai maximal d'une décennie est raisonnable, et l'exemple espagnol peut nous renseigner sur ce point : le roi Juan Carlos, « enfant de Franco », a réussi en moins de six ans cette délicate opération de popularisation de la Monarchie, en jouant sur plusieurs terrains à la fois et en actionnant des leviers que seule sa position arbitrale pouvait lui assurer. La rédaction et la promotion d'une nouvelle Constitution démocratique, en 1978, puis son très bref discours d'une minute, en février 1981, pour condamner la tentative de coup d’État de quelques généraux égarés, ont « fait » la Monarchie aux yeux d'Espagnols encore largement sceptiques au sortir de quatre décennies de régime autoritaire. Comme l'expliquait le général de Gaulle, pour faire l'histoire, il faut « l'homme et l'événement », mais le roi Juan Carlos a aussi profité de cette position particulière qui était, comme roi, la sienne : héritier de la dictature, il n'en était pas le dépositaire, et, roi, il devait l'être de toute l'histoire comme de tous les Espagnols, même républicains. Il incarnait à la fois l’État et la nation, avec toutes leurs contradictions et tous leurs désirs et conflits : comme le résumait l'écrivain Marcel Jullian de façon poétique, il n'était pas « l'aile droite ni l'aile gauche, il était l'oiseau », tout simplement...

 

Pour en revenir au royalisme, je le définis en « politique d'abord », et cela signifie que je n'en fais pas une cause religieuse, ni même la condition d'un hypothétique renouveau catholique, par exemple. Cela ne signifie pas que je sois indifférent à la question religieuse mais simplement qu'il ne faut pas attendre un miracle divin pour que la Monarchie s'accomplisse : en fait, c'est l'action politique, les hommes, les événements qui feront la Monarchie, et, peut-être, un peu de chance que les croyants pourront voir comme un signe de la Providence. D'autre part, la Monarchie royale est politique, avant tout, même si elle ne doit pas négliger une nécessaire « verticalité » et une forme de sacralité qui aident, l'une et l'autre, à sa légitimation sans en être, à mon sens, la légitimité même.

 

Mais, au-delà de la dimension politique du royalisme, il lui faut une dimension sentimentale, de celle qui fait vibrer les cœurs et les âmes : Alexandre Dumas, au travers de ses mousquetaires et de leur fidélité au roi, a bien montré la force du sentiment qui permet à l'autorité exécutive de mobiliser les énergies pour elle, et pour le service de l’État et du pays. Que la Monarchie soit une affaire familiale marque aussi la particularité d'un régime qui se perpétue par « les voies naturelles » et qui vit au rythme de l'existence des êtres, de la naissance à la mort, entre événements joyeux et drames, mariages et deuils, rires et larmes...

 

Ainsi, le royalisme doit s'adresser à la raison tout autant qu'au sentiment : s'il ne s'adressait qu'à la raison, il ne serait qu'une sèche doctrine ; s'il ne parlait qu'au sentiment, il ne serait qu'un doux phantasme. Toute « l'alchimie » monarchiste, avant que d'être monarchique le jour venu, tient dans cette subtile combinaison entre les forces du sentiment et les nécessités du politique...